17 novembre 2018
Critiques

3 jours à Quiberon : Eternelle Romy

Ayant eu la chance de rencontrer la réalisatrice Emily Atef, j'ai pu en savoir davantage sur son nouveau film "3 Jours à Quiberon". Le long-métrage de la trop méconnue réalisatrice s'intéresse à une icône féminine du cinéma : Romy Schneider. Inspiré de faits réels, le spectateur, la suivra cloisonnée pendant 3 jours dans un centre de désintoxication à l'allure d'hôtel. 3 jours durant lesquels l'actrice Romy Schneider (incarnée à l'écran par Marie Baümer) offrira une interview exclusive au magazine allemand Stern et, lors de cette interview, les joies et les affres de l'actrice seront mis en avant.
 
"3 Jours à Quiberon" est une œuvre sublime qui vous fendra littéralement le cœur. Elle dépeint de façon imagée une infime partie de la vie de Romy Schneider. En effet, le film est en noir et blanc, un noir et blanc jamais vu car utilisant un tout nouveau type de caméra que le réalisateur Michael Haneke voulait d'ailleurs utiliser pour "Le Ruban Blanc". Ses jeux d'ombres, ses cadres magnifiques et sa caméra posée, offrent au film une sensation de véritable régal pour yeux. De plus, Emily Atef à l'idée maline de ne pas suivre que le point de vue de Romy Schneider tout au long du récit, elle nous fait observer de multiples perspectives à travers plusieurs personnages. Une véritable plongée dans la psyché de l'icône et actrice Romy Schneider, mais aussi une vision vaste de l'humain en général.

Ajouté à cela le jeu des acteurs qui sont simplement bluffants, qui appuie à chaque fois un trait de caractère de l'humain pour mieux faire ressortir le chaos émotionnel qu'éprouve Romy Schneider. Un film à l'atmosphère assez noir même si quelques séquences d'humour viennent ponctuer le récit. Pourtant, "3 Jours à Quiberon" n'est pas omis de défauts, certaines longueurs et répétitions viennent ankyloser le film, mais la structure de base est tellement solide qu'on ne regrette pas de l'avoir vu.

Pour les cinéphiles comme les néophytes, "3 Jours à Quiberon" est une expérience à vivre puisque même la personne qui ne connaît pas Romy Schneider pourra avoir de l'empathie pour cette femme qui se morfond et se cache derrière une sourire. Un film poignant qui marquera la carrière d'Emily Atef et qui, je le souhaite, marquera aussi l'esprit des spectateurs.

Auteur :Antoine Dubuis
Tous nos contenus sur "3 jours à Quiberon" Toutes les critiques de "Antoine Dubuis"