17 novembre 2018
Critiques

Au Poste ! : C’est Dupieux qui se menotte

Pour son nouveau défouloir surréaliste, Quentin Dupieux s'inscrit cette fois-ci dans le registre du polar : "Au Poste" raconte l'interrogatoire d'un suspect de meurtre, tout en nous offrant la mise-à-mort du dispositif Quentin Dupieux.

Comme toujours, un film de Quentin Dupieux (ou de son nom d'artiste musical, Mr. Oizo) se regarde plus pour sa galerie de personnages loufoques que pour son scénario. Pour ce film, il s'est entouré d'un duo de choc : Grégoire Ludig, membre du Palmashow, en suspect interrogé face à la légende Poelvoorde, impeccable en inspecteur obstiné. N'oublions pas, bien sur, de féliciter Anaïs Demoustier et Marc Fraize (déjà vu dans l'hilarant "Problemos"), si drôles dans le film.

Une joyeuse galerie pour une enquête qui permet à Dupieux de mettre en place une réflexion méta (comme une poursuite de "Réalité") sur la manière de raconter et écrire une histoire. Le simple fait de baser son film sur un interrogatoire est une excellente manière de préparer cette exercice de style avec flash-backs se confondant avec l'inconscient de la personne racontant. A ce titre, Dupieux se montre habile et drôle avec ce postulat... jusqu'à sa toute fin.

Car il ne peut pas s'empêcher, Mr. Oizo, de conclure son film avec un sourire de petit malin et une fin sans queue ni tête servant d'écran de fumée face à une conclusion trop hasardeuse. Résultat : la lassitude du dispositif Dupieux est là, le surréalisme n'est plus là, on ne retrouve plus qu'une copie de celle-ci pour ne plaire qu'à un public d'abonnés. Dommage de finir ce qui avait été une comédie bien ficelée par un goût amer.

On attend avec impatience le nouveau projet du réalisateur, dans lequel Jean Dujardin est obsédé par une veste en daim, comme un film de la dernière chance, persuadé qu'il peut encore nous surprendre...

Auteur :Victor Van De Kadsye
Tous nos contenus sur "Au Poste !" Toutes les critiques de "Victor Van De Kadsye"