15 décembre 2018
Critiques

Bienvenue à Suburbicon : Suburbicoen

Nouveau film de George Clooney, trois ans après "Monuments Men", "Bienvenue à Suburbicon" est un mix entre un vieux scénario des frères Coen et des actes racistes perpétrés dans les années 50. Comme à son habitude, George Clooney dépeint la société américaine à travers diverses époques pour mieux en extraire l'essence. Cette fois, c'est par le biais d'une satire confuse au cœur d'une banlieue résidentielle qu'il compose, insufflant dans un scénario de second plan son propos politique. 

A première vue, très bonne idée tant le scénario est trop faible pour se suffire à lui-même. On a connu les frères Coen plus inspirés et on comprend pourquoi ce dernier était resté au fond d'un tiroir. Le fond recherché par George Clooney est de montrer l'absurdité et l'aveuglement de certains américains, déchaînant haine et violence sur de pauvres innocents tandis que la vraie menace, perverse et machiavélique, est présente, parmi eux. 

Cela étant, n'est pas Coen qui veut. Si on reconnaît très rapidement la « patte » des deux frangins, leur maîtrise de la mise en scène en est absente. Trop prévisible, le film perd rapidement en intérêt et ce malgré quelques fulgurances, alors que le cas des afro-américains reste linéaire et sous exploité.

"Bienvenue à Suburbicon" plaira à certains grâce à un scénario facile, suffisant et à la touche politique subtile et déplaira aux autres pour les mêmes raisons. Le mieux reste encore d'aller vous faire votre propre avis, sans crainte, car on a vu bien pire cette année.
Auteur :Hubert Wiart
Tous nos contenus sur "Bienvenue à Suburbicon" Toutes les critiques de "Hubert Wiart"