20 novembre 2018
Critiques

Détective Dee : La légende des Rois Célestes : Vent d’Est sur le Blockbuster !

Avec ce troisième volet des aventures du Détective Dee, le réalisateur phare du cinéma hong-kongais dans les années 1980 et 1990 offre un pur divertissement de grand spectacle. Nul besoin d'avoir vu les deux premiers opus de la trilogie, "Détective Dee : Le Mystère de la Flamme Fantôme" (2010) et "Détective Dee : La Légende du Dragon des Mers" (2013), pour profiter pleinement de ce conte, mais ce film vous donnera envie de les découvrir.

Bien mieux que les productions américaines, Tsui Hark maîtrise l'art de la comédie d'action avec un savant dosage de slapstick, de cartoon et d'arts martiaux. Avec ses méchants délicieusement vils et des gentils porteurs de valeurs héroïques, "Détective Dee" tient une formule redoutablement efficace, ne résistant jamais à la tentation d'en faire trop. Toutefois, de cette démesure naît tout l'intérêt d'un tel objet cinématographique, autant du point de vue des décors, que des costumes ou encore de la galerie haute en couleur des personnages.

De la magie, de l'amour, des trahisons à la cour, "Détective Dee" n'est jamais à cours de rebondissements, ni d'ingénieuses idées de mise en scène. Les combats aériens notamment sont époustouflants, alliant une technique redoutable de précision à des illusions, puisque notre Détective se retrouve confronté à une bande de magiciens avides de pouvoir et de vengeance.

La réussite du film vient aussi de ce qu'il ne se prend pas au sérieux, ou disons qu'à l'image de son réalisateur, réputé pour être un dictateur sur le plateau, sa précision technique, narrative et rythmique crée les conditions d'un spectacle éminemment jouissif. On ressent particulièrement cette ambition ludique quand le film est distribué en 3D voire en 4D dans certaines salles.

Contrairement à Disney qui table sur des blockbusters assez sombres, visant un public d'adolescents à jeunes adultes, le film de Tsui Hark est totalement adapté à une sortie en famille, la dimension de conte étant très prégnante et la violence traitée sur un mode cartoonesque. Sur le mode de l'enquête, les aventures du Detective Dee seraient un équivalent chinois de la série des "Sherlock Holmes" livrée par le britannique Guy Ritchie, une proximité intéressante si l'on se souvient qu' Hong-Kong fut une enclave britannique en Asie jusqu'à sa rétrocession à la Chine en 1997.

De l'intérêt du public dépendra le succès mondial de la franchise, alors nous vous conseillons fortement de vous laisser entraîner dans ce monde de légendes et de commettre un acte militant depuis le fauteuil de votre salle préférée.
Auteur :Yvanna Trambouze
Tous nos contenus sur "Détective Dee : La légende des Rois Célestes" Toutes les critiques de "Yvanna Trambouze"