17 novembre 2018
Critiques

Fleuve Noir : Et au milieu coule un échec…

Annoncé comme le polar choc de l'été, le nouveau film d'Erick Zonka s'avère être, en réalité, la plus grande comédie de cet été en dépit de son scénario scabreux. On pensait juste visionner à un téléfilm France 2 avec un casting de luxe, on ne s'attendait pas à un tel accident industriel.

Dès la séquence d'ouverture, rien ne semble aller. Commençant d'emblée par la demande d'investigation pour rechercher un ado disparu, le jeu de Vincent Cassel et de Sandrine Kiberlain semble ne pas exister. Du moins, pas un de ceux qui donne de la crédibilité à l'ensemble puisque les comédiens donnent l'impression de se contenter uniquement d'un jeu outrancièrement cliché et particulièrement risible. Cassel joue le type sanguin à souhait, Romain Duris livre une composition irrésistiblement drôle dans le rôle d'un prof de littérature pervers, et Sandrine Kiberlain, ayant déclaré n'avoir pas aimé le tournage du film, tombe dans le stéréotype de la mère trop apeurée, le temps des quelques scènes où elle apparaît.

Une interprétation catastrophique, remplie de répliques probablement cultes d'ici quelques années, qui dessert ce qui aurait pu être un excellent film noir à la française. Tel est le constat ! Plus on s'aventure dans cette enquête, plus le glauque saute à nos yeux. Parfois, un peu trop malheureusement. Car, en se rêvant être un Abel Ferrara à la française, Zonka oublie de bien doser son atmosphère et on se retrouve à empiler des clichés de plus en plus douteux propres au genre, jusqu'à un dénouement qui peut stupéfier le spectateur, mais qui tombe tel un cheveu dans la soupe !

Quel dommage de voir un si riche potentiel, si intéressant, réduit en fumée par des poncifs si grands qu'ils empêchent le film d'exister. "Fleuve Noir" est un naufrage inoubliable que l'on peut tout de même recommander si vous souhaitez rire diaboliquement devant des acteurs aussi outranciers qu'amusants.
Auteur :Victor Van De Kadsye
Tous nos contenus sur "Fleuve Noir" Toutes les critiques de "Victor Van De Kadsye"