13 décembre 2018
Critiques

Gaston Lagaffe : Un plaisir innocent

Le spectre de Franquin avait de quoi frémir face à ce qui allait arriver : une adaptation française des aventures de Gaston Lagaffe, produite par les studios TF1 arrivant après une accumulations d'adaptations ratées (comme l'a encore prouvé "Spirou et Fantasio" en Février dernier). Lorsque, soudain, un petit miracle du nom de Pierre-François Martin-Laval apparût pour signer ce que l'on avait pas vu depuis des années : Un film réussi tiré d'une bande-dessinée.

Signant un film aussi léger à suivre qu'une bande-dessinée, P.E.F réussit son pari d'adapter l'un de ses héros de toujours, Gaston Lagaffe, sur le grand écran. Un personnage auquel on y voyait déjà un air chez l'auteur-comédien, lorsqu'il s'amusait à faire Pouf le cascadeur chez les Robins des Bois. Quittant le monde de la rédaction propre à la BD pour arriver dans celui de la start-up nation, ancrée dans son époque, Gaston sème le trouble dans son nouveau paysage entre bienveillance et maladresse. Joué par Théo Fernandez, connu pour son rôle de Coin-Coin chez "Les Tuche", le personnage retrouve donc au cinéma toute sa légende par une interprétation fidèle.

Une bande-dessinée à laquelle le réalisateur témoigne d'un immense respect quant à sa forme. Sans passer par la copie conforme, il se montre tout aussi libre et inventif que Franquin pour explorer ce monde artificiel. Truffée de couleurs kitschs à souhait, de décors sans cesse en proie à la destruction, et de personnages tout aussi cartoonesques les uns que les autres (mention spéciale à Arnaud Ducret, qu'on avait pas vu aussi en forme dans le comique clownesque), la loufoquerie de la bande-dessinée se prête donc bien du cinéma. Les gags s'enchaînent à un rythme effréné par le talent de ses comédiens (toujours un plaisir de retrouver Esteban des Naïve New Beaters). On pourrait même dire qu'il y a un petit air du cinéma d'Antonin Peretjakto, par moments, dans ce burlesque frôlant souvent l'absurde.

Souffrant peut-être d'un léger problème de rythme dans sa narration, difficile de ne pas bouder son plaisir devant la réussite propre à ce film. Car, non seulement, il offre un plaisir innocent de spectateur à admirer cette petite bulle loufoque, mais aussi parce qu'il montre que, lorsqu'une adaptation est faite avec le cœur, elle peut s'avérer être d'une redoutable efficacité dans sa simplicité.
Auteur :Victor Van de Kadsye
Tous nos contenus sur "Gaston Lagaffe" Toutes les critiques de "Victor Van de Kadsye"