19 décembre 2018
Critiques

Gueule d’ange : Un premier film touchant

Une enfant livrée à elle-même à cause d'une maman aimante mais à l'attitude irresponsable, le pitch de Gueule d'ange renvoie instantanément à l'un des temps-forts de l'année dernière, The Florida Project de Sean Baker. A l'exception que Gueule d'ange y retire toute la luminosité du film de Baker pour créer sa propre histoire, dirigée vers un pathos misérabiliste fragilisant un premier film pourtant attachant.

L'histoire de Gueule d'ange est sauvé par deux choses : Tout d'abord, la photographie de Guillaume Schiffman où la lumière en clair-obscur parvient à restituer les parts d'ombres et de lumières de ses personnages dans un décor qui aurait pu facilement être traité avec un naturalisme proche des frères Dardenne assez grisant. Mais ensuite, il faut compter sur le talent inestimable de ses comédiens. Marion Cotillard, comme à son habitude, crève l'écran dans ce rôle de cette maman qui tente de faire le mieux qu'elle peut, malgré ses défauts, pour s'occuper de sa fille. Mais ses apparitions transcendantes réussissent à ne jamais en faire trop, le jeu de l'actrice et le talent du scénario faisant bien en sorte à ne pas juger cette attitude mais à confronter celle-ci aux spectateurs. La jeune révélation Ayline Aksoy-Etaix est la véritable surprise de ce film, où il est hallucinant de la voir jouer de manière si naturelle un rôle pourtant écrit avec lourdeur.

Car là où Gueule d'ange coince est dans une écriture d'une facilité invraisemblable : Il est intéressant de la part de Vanessa Filho de filmer les conséquences d'une éducation turbulente dans le point de vue d'une enfant mais quand c'est raconté de manière si extrême où harcèlement, alcoolisme précoce et suicide sont évoquées de manière si frontale et sans nuances. On ne croit pas une seule seconde à ce qu'il se passe malgré quelques légères notes d'émotions.

Néanmoins, le talent de ses comédiens baignant dans la lumière d'une photo à tomber fait que Gueule d'ange s'avère n'être au final qu'un premier film touchant parasité par des défauts de débutants dont on espère qu'ils seront effacés dans les prochains films de la réalisatrice.
Auteur :Victor Van de Kadsye
Tous nos contenus sur "Gueule d'ange" Toutes les critiques de "Victor Van de Kadsye"