13 décembre 2018
Critiques

Hostiles : Le far west, une terre propice au drame

Le genre du western bénéfice de relativement peu de sorties à l'heure actuelle. Pourtant, lorsqu'un réalisateur s'attaque au genre, il semble alors frôler toujours l'excellence.

Scott Cooper signe un film d'une incroyable force, tant sur l'esthétique générale que sur la mise en scène et l'interprétation. C'est simple, "Hostiles" est un des grands chefs d'oeuvre de ce début d'année 2018. Sur les terres arides et dures d'une Amérique meurtrie par le massacre des indiens, le filme s'ouvre sur une scène d'introduction absolument grandiose qui met en miroir deux pugilats et posera les fondations des thématiques du long-métrage.

Le deuil et le racisme s'avèrent les grandes lignes de l'histoire. Scott Cooper parvient à capter chez ses comédiens le paroxysme de la douleur, Rosamund Pike grattant la terre de ses mains pour enterrer ses proches étant la quintessence de la souffrance viscérale. Le personnage interprété par Christian Bale bénéficie, quant à lui, d'une écriture riche, capable de massacrer par temps de guerre, comme de pleurer en quittant un ami ou de s'émouvoir devant le déchirement d'une femme.

Le réalisateur sublime par ailleurs cette terre brute par des plans iconiques et une photographie d'une grande beauté. Il prend son temps pour dresser un portrait incisif de l'Homme, empreint pour autant d'humanité quand un soldat repenti sous la pluie affronte avec angoisse ses fantômes du passé. Sous tension, et le poil se hérissant sous l'effet de musiques sublimes, le spectateur ressort terrassé de ce drame éprouvant et remarquable.

Un western percutant au lyrisme brutal sur le martyre des Amérindiens.
Auteur :Lucile Tallon
Tous nos contenus sur "Hostiles" Toutes les critiques de "Lucile Tallon"