16 décembre 2018
Critiques

L’Ombre d’Emily : Les fantômes du passé

D'après le roman à succès du même nom, écrit par Darcey Dowell, "L'ombre d'Emily" est un thriller sinueux ; une adaptation réussie avec une part de "Gone Girl" et un soupçon Hitchcockien. Étonnement réalisé par Paul Feig, avec de l'humour noir comme signature. Paul Feig s'est fait un nom dans l'industrie du cinéma en dirigeant des comédies telles "Mes Meilleures Amies", tout en démontrant qu'il savait travailler dans le registre du suspense et de l'action avec "Les Flingueuses" et "Spy".

Comme tous les réalisateurs ou presque, Paul Feig aime les femmes, et nous présente deux brillantes actrices : Anna Kendrick et Blake Lively, que Feig guide à travers une intrigue pleine de tours et de détours. Ses films ont pour thèmes la découverte personnelle féminine et leurs pouvoirs. Les héroïnes de Feig peuvent devenir espionnes, chasser des fantômes, attraper des bandits et briser leurs meilleures amies.

"L'Ombre d'Emily" ouvre au grand large la porte pour faire briller le talent d'Anna Kendrick dans le rôle de Stéphanie. Emily et Stéphanie ont un passé tumultueux qui, malheureusement, est très peu présent dans le film. L'obsession et le voyeurisme étant très appréciés au cinéma, mais ici ils reçoivent tous deux un petit lifting. Anna Kendrick rend Stéphanie naïve sans la faire devenir bête. En temps normal, le scénario d'un thriller se focalise sur la personne disparue, ce qui laisse une toute petite place à la personne se démenant pour retrouver celle que l'on recherche.

Alors ce film laisse une plus grande place à Stéphanie, que l'on découvre au fur et à mesure de son enquête. En effet, et plus que jamais, Anna Kendrick embrasse les qualités qui l'ont fait sortir de l'anonymat depuis "In the Air". De son côté, Blake Lively joue le rôle de l'héroïne blonde et mystérieuse à la Alfred Hitchcock avec perfection. Ses qualités les moins exploitées auparavant en tant qu'actrice, sont ici calibrées à la perfection dans le rôle froid du comportement d'Emily. Ce dernier est fait pour elle, alors qu'elle porte des costumes d'homme comme une armure, son personnage est totalement terrifiant et irrésistible. Ainsi, quand elle menace Stéphanie de la gifler si elle n'arrête pas de s'excuser, vous la croyez sans hésiter. L'humour noir du scénario ne se soumet pas au suspense, bien au contraire ! Il l'anime tout en circulant autour de thèmes comme la pression de la maternité, ce que c'est d'être vu comme une femme parfaite, une employée ou juste une femme dans un monde d'homme.

De nombreux films et séries télévisées ont encore et encore utilisé ces thèmes : "Desperate Housewives", "Big Little Lies" et, plus récemment, le film "Bad Moms". Un seul faux pas aurait pu être mortel avec, au final, un film trop sérieux, essayant d'être pertinent, ou pire, juste vraiment ennuyeux. Toutefois, "L'Ombre d'Emily" s'avère être intéressant et hilarant à la fois. Un film plein de panache, avec une bande-son typiquement française, des martinis gin, etc. Le tout garde l'audience rivée au fauteuil jusqu'au dénouement.
Auteur :Alexa Bouhelier Ruelle
Tous nos contenus sur "L'Ombre d'Emily" Toutes les critiques de "Alexa Bouhelier Ruelle"