19 novembre 2018
Critiques

La Mort de Staline : Le pouvoir absolu corrompt…

Comédie anglaise et politique, "La Mort de Staline" est un délice d'humour absurde, de cruauté, de mesquinerie. Peu après le décès du Petit Père des Peuples, le bureau politique d'URSS s'écharpe comme une nuée de chiens galeux au-dessus du cadavre encore chaud de leur maître. Suivant l'adage de Machiavel (le meilleur journaliste politique que la Terre ait porté) dans Le Prince : “Si vous pensez que quelqu'un peut vous nuire dans le futur, il faut régler le problème maintenant.” Et la succession du camarade Staline à la tête du Parti est un problème auquel les ministres Malenkov, Krouchtchev, Molotov et Beria ont l'intention de s'atteler rapidement.

Ils rivalisent de rouerie et d'intelligence, gênés au entournures par un fils de Staline complètement alcoolique et incontrôlable, tous interprétés avec brio : je retiens particulièrement les interprétations de Steve Buscemi, en Nikita Krouchtchev qui sent que son éviction par Lavrenti Beria est proche et nous livre une magnifique leçon de comment se frayer un chemin dans le monde sans pitié de la politique, et de Jason Isaacs en Gueorgui Joukov, le chef des armées vainqueur des nazis qui entend bien ne faire qu'une bouchée de ces bureaucrates pâlichons. On notera la participation toujours sympathique d'un membre des Monty Pythons, Michael Palin, en Vyacheslav Molotov au flegme très anglais.

Ils sont tous pourris, paranoïaques, pathétiques et sublimes à la fois. "La Mort de Staline" est une comédie satirique parfaite, rythmée, cynique et qui revisite l'Histoire en nous disant quelque chose de la société contemporaine et pas seulement sur la Russie de Vladimir Poutine (qui mettra encore quelques années avant de nous faire rire), mais sur ce qui se passe très certainement dans les palais et parlements d'Europe.

Cent ans après la Révolution Russe, dans un contexte où la défiance des peuples envers leurs gouvernements est grandissante, "La Mort de Staline" nous dit aussi que même arborant des valeurs marxistes, l'élite politique ne vit que pour elle et ne peut rien faire d'autre que concéder des miettes de liberté quand elle se sent au bord du précipice.

A voir absolument donc, "La Mort de Staline" est un film à la fois léger et intelligent, suffisamment clair pour s'adresser à tout le monde (je pense personnellement qu'on peut y assister en famille, à partir de 8-10 ans, âge auquel j'avais pu découvrir des films comme le remake de 1983 de "To Be Or Not To Be", ou dans un autre registre "La Vie est Belle" de Roberto Benigni) et dont les comédies françaises feraient bien de prendre de la graine au lieu d'user Christian Clavier jusqu'à la corde dans des films au mieux insignifiants, au pire réactionnaires.
Auteur :Yvanna Trambouze
Tous nos contenus sur "La Mort de Staline" Toutes les critiques de "Yvanna Trambouze"