20 novembre 2018
Critiques

Le Monde est à toi : La petite pépite de l’été

Aujourd'hui, j'ai décidé de sortir de ma torpeur estivale et de reprendre ma plume pour défendre un film injustement malmené par une génération visiblement blasée, qui ne sait pas apprécier les bonnes choses. Parce que 1) "Le Monde Est A Toi", de Romain Gavras, mérite mieux qu'un avis déceptif et que 2) l'enthousiasme quasi unanime qui a suivi sa projection à Cannes lors de la Quinzaine des Réalisateurs est, à mon sens, totalement justifié.

Bon ok, je ne vais pas vous mentir et prétendre que le film est hyper original, qu'on n'a jamais vu ça avant et que Romain Gavras va changer votre vision du cinéma, ça serait de la totale mauvaise foi de ma part! Evidemment, Romain Gavras a des références cinématographiques et s'en inspire très largement (impossible de ne pas penser à Tarantino ou encore à Guy Ritchie, période "Snatch", tellement c'est flagrant). Mais pourquoi le lui reprocher dès lors que cette ré-appropriation de codes connus est suffisamment intelligente pour permettre malgré tout à la personnalité de son réalisateur de s'exprimer pleinement ?

Parce que "Le Monde Est A Toi" est, sans aucun doute, truffé d'idées originales issues de la Romain Gavras' touch. Déjà, son passé de clippeur talentueux (si vous n'êtes pas resté bloqué sur les clips de Stress de Justice ou No Church In the Wild de Jay Z / Kayne West, je ne peux plus rien pour vous !) est omniprésent dans le film, donnant lieu à des scènes ultra léchées et assez sublimes, portées par une bande-son un peu ouf ! Car au-delà de la musique originale signée Jamie X et Sebastian, le réalisateur parsème son film, entre deux trois morceaux de rap, de tubes oubliés des années 70 / 80, d'une totale kitcherie (je vous en cite quelques-uns pour que vous réalisiez : Boule Noire - Aimer d'Amour, Michel Sardou – Le Phénix, Laurent Voulzy – Le Cœur Grenadine, Toto –Africa...), mais qui auront pour effet de déclencher bien malgré vous de petits soupirs de plaisir !

Ensuite le casting (Karim Leklou, révélation du film, Oulaya Amamra, Philippe Katerine, François Damiens...) est porté par deux stars qui se révèlent absolument parfaites dans des rôles où on ne les imaginait pas : d'un côté, Isabelle Adjani, FANTASTIQUE en mère castratrice / braqueuse de coffres à ses heures, diva outrancière cachée derrière ses lunettes de soleil, éclipsant tous les autres acteurs de son aura à chaque parole ! De l'autre, Vincent Cassel, à total contre-emploi dans un rôle de looseur vieillissant, obnubilé par la possibilité d'un complot des illuminatis, qui n'avait pas été aussi bien utilisé depuis des lustres.

Enfin, si certains s'arrêteront sur la violence qui émerge du film (somme toute relative, comparée à d'autres films), ce qui ressort avant tout c'est la veine comique qui l'habite, entre dialogues à la fois absurdes et savoureux, et situations ubuesques qui portent à inévitablement rire (perso, ça fait longtemps que je n'avais pas autant ri devant un film !).

Bref, si vous avez envie suivre les conseils de quelques ronchons qui préfèrent bouder leur plaisir quand le cinéma français apporte enfin de la fraîcheur, libre à vous, mais moi je vous conseille de plutôt profiter sans a priori de cette petite pépite de drôlerie que nous apporte un mois d'août un brin morose !
Auteur :Karine Lebreton
Tous nos contenus sur "Le Monde est à toi" Toutes les critiques de "Karine Lebreton"