17 novembre 2018
Critiques

Le Monde est à toi : Un film sans personnalité

Quand on est jeune cinéphile, on fait souvent des films sous l'influence de nos idoles. Et quand on est un jeune cinéphile, nos idoles sont souvent issues d'un cinéma oscillant entre le grand public et l'art. Souvent, c'est Tarantino, Kubrick, Refn ou Steven Spielberg qui reviennent. On ne sait pas encore où partent nos goûts et nos styles. On reste juste dans ce visionnage de spectateur, ne réfléchissant jamais ou alors très peu. Le cinéma de Romain Gavras est dans ce blocage, resté dans un stade adulescent. Sauf que la provocation facile du réalisateur et sa puérilité consternante font peine à voir dans ce film de petit malin.

Tous les ingrédients sont là pour réaliser un film sans personnalité :

- Une fausse subversion qu'on exploite avec le décalage entre des comédiens renommés jouant des personnages « monstrueux ». On va sauver le duo mené par Karim Leklou et Vincent Cassel, seuls personnages véritablement attachants. Mais quelle déception de retrouver Isabelle Adjani dans un cabotinage outrancier dans le rôle de cette maman vampirique.

- Une esthétique clipesque ringarde à souhait. Et pourtant, on aime bien les clips de Romain Gavras, souvent forts et troublants. Sauf qu'ici, l'iconisation à outrance n'offre aucune humanité à ses personnages, jamais attachants, remplissant juste une fonction au cœur de l'intrigue.

- Une influence trop appuyée à des petits malins comme Quentin Tarantino ou Guy Ritchie : Sur-esthétisation de la violence, bande-originale voulant être ché-bran en mélangeant Toto, Michel Sardou et PNL, personnages caricaturaux.

Un film sans aucune âme, dont on a voué un culte au dernier Festival de Cannes comme une bouffée d'air frais dans le cinéma français. Sauf que ce même cinéma français, qu'on caricature avec des drames bourgeois et des comédies françaises ringardes, est toujours nourri de propositions fortes. Et ce n'est pas avec des réalisateurs peu inspirés comme Romain Gavras ou Quentin Dupieux, se nourrissant exclusivement d'influence sans personnalité, que l'on va voir cette nouveauté-là.
Auteur :Victor Van de Kadsye
Tous nos contenus sur "Le Monde est à toi" Toutes les critiques de "Victor Van de Kadsye"