24 janvier 2019
Critiques

Les Combattants : Atypique !

On reproche souvent au cinéma français de se scléroser dans des deux pièces cuisine autour de relations existentielles compliquées et de drames psychologiques de comptoir. Aussi, lorsqu'un cinéaste propose quelque chose de résolument différent, qui plus est pour son premier long métrage, il est bon de s'en féliciter. Car "Les Combattants" est un peu un ovni qui mixe les genres avec maestria et qui propose un ton bien personnel à la frontière entre le burlesque et la comédie pure.

Voici donc un film qui est à la fois une chronique estivale, un film d'amour, une comédie et un survival, et doté qui plus est d'un sens du dialogue assez savoureux et d'une mise en scène qui s'affirme de bout en bout, d'abord conventionnelle avant de lâcher la bride dans un final superbe et surprenant. Bref, à la vision de ce premier film atypique, on comprend mieux pourquoi il a raflé quatre prix à la Quinzaine des Réalisateurs au dernier Festival de Cannes.

Atypique, "Les Combattants" l'est indubitablement! L'intelligence du scénario de Thomas Cailley est à la fois d'inverser les figures imposées (ici c'est la fille qui est le moteur et c'est le garçon qui est dans sa roue) et de le faire dans un cadre totalement improbable, celui de l'armée. Sans verser dans de la bidasserie de seconde zone, plusieurs scènes très drôles viendront émailler le parcours du combattant que les deux héros s'imposent: L'une parce qu'elle veut être prête à survivre en milieu hostile et intégrer un commando, l'autre parce qu'il est tombé amoureux et que la suivre est le meilleur moyen de rester auprès d'elle.

Outre son sujet parfaitement agencé, c'est la caractérisation des deux personnages principaux qui est l'une des forces maitresse du film. Madeleine, garçon manqué, air buté et bouillonnante d'une rage qui écume et Arnaud, rêveur et lunaire, qui se cherche une voie autre que celle toute tracée de rejoindre l'entreprise familiale.

Aux dialogues ciselés s'ajoute un vrai propos sur la peur de s'affirmer et de grandir, sur les choix à faire et à assumer, sur les décisions à prendre pour devenir adulte. Plus profond qu'il n'y parait, Les Combattants est à la fois un film d'auteur intelligent qui n'oublie jamais la notion de divertissement. Récit d'apprentissage pendant une grande partie, le film dévie sur la fin vers une promenade en forêt aux airs apocalyptiques qui rapproche les deux jeunes gens et qui s'avère à la fois sensuelle et drôle avant que la tension dramatique n'émerge dans un virage inattendu. C'est là que Thomas Cailley développe de très beaux moments de cinéma et où son film devient formellement aussi fort que l'humour subtil qu'il déploie. En proposant un récit novateur agrémenté d'une finesse d'observation, le metteur en scène peut se targuer de frôler l'excellence pour un premier essai, tout juste freiné par quelques longueurs.

Toutes ces qualités, Thomas Cailley les doit aussi à un choix de casting qui fait mouche. Si le jeune Kévin Azaïs fait des merveilles en garçon gauche, impressionné et amoureux, il développe aussi une sensibilité et une tendresse palpables, qui passent dans ses sourires et ses regards. Ce n'est d'ailleurs pas très étonnant lorsque l'on sait que ses regards portent sur la magnifique Adèle Haenel. Celle qui, de film en film, propose une palette de jeu infinie est ici absolument remarquable. L'air renfrogné, elle assène ses répliques pleine d'aplomb avec un naturel incroyable, avant de renverser les cœurs par un éclatant sourire. Son parcours, émaillé de rôles forts et variés ("Naissance des pieuvres", "Suzanne", "L'homme qu'on aimait trop"...) en fait incontestablement l'une des comédiennes françaises les plus passionnantes.

Film aérien, plein d'audace et porteur d'un souffle nouveau, "Les Combattants" rue dans les brancards et prend place tout en haut des plus jolies surprises de l'année.


Une critique publiée avec l'aimable autorisation des Chroniques de Cliffhanger.
Auteur :Fred Teper
Tous nos contenus sur "Les Combattants" Toutes les critiques de "Fred Teper"