19 décembre 2018
Critiques

Mary et la Fleur de la Sorcière : Un conte philosophique féerique

Le monde a-t-il besoin de magie ? C'est la question à laquelle va tenter de répondre une jeune fille aussi intrépide que gauche et inhabile. "Mary et la Fleur de la sorcière" est une épopée féerique qui emmène les enfants dans un monde enchanteur et fantastique. Après "Arietty, Le petit monde des chapardeurs" et "Souvenirs de Marnie", Hiromasa Yonebayashi adapte le roman de Mary Stewart The Little Broomstick, publié en 1971, pour proposer au jeune public une aventure haletante dans un univers magique. 

Tout commence avant la rentrée des classes au moment où la jeune Mary emménage chez sa grand-tante. La petite fille aussi maladroite que pleine de vitalité, se sent seule et est très complexée par sa chevelure rousse frisée. Un manque de confiance en elle qui ne s'arrange pas quand Peter, jeune voisin de sa grand-tante, se moque d'elle. Après un pique-nique dans les champs, elle fait la rencontre d'un chat mystérieux qu'elle voit changer de couleur et s'aventure dans les bois à sa recherche. Une promenade qui conduit Mary à trouver une fleur bleue magique : la fleur de la sorcière. Une fleur très rare qui ne fleurit qu'une fois tous les sept ans qui va changer sa vie de petite fille extravertie mais solitaire et en manque de confiance.

Son amitié avec son nouveau compagnon Tib, petit chat noir, la mènera à écumer la forêt pour y découvrir un nouveau trésor : un petit balais exactement à sa taille. Un balais avec une inscription énigmatique avec lequel elle s'envolera dans un monde magique au-dessus des nuages. Cet univers fantastique, c'est l'Académie d'Endor, la meilleure école de sorcellerie. Bénéficiant de pouvoirs pour une nuit, Mary découvre une école surréaliste au décor fantasmagorique. 

Si cet univers magique la déconcerte dans un premier temps, elle s'y retrouve enfin appréciée et complimentée. Sa chevelure dont elle avait si honte, est cette fois le signe distinctif des plus grandes sorcières. Habituée à être maladroite, elle est cette fois-ci considérée comme un prodige par la directrice de l'école et le Doctor Dee, professeur de chimie au sein de l'Académie. Fascinée par ce lieu féerique, elle découvrira que la sorcellerie n'est pas aussi magique qu'elle le pensait.

Derrière cet univers idyllique, il y a la volonté irrépressible de la direction de l'école et d'un professeur fou de créer un sorcier suprême aux pouvoirs extraordinaires. Pour cela, le Docteur Dee se livre à des expériences mystérieuses sur des animaux qu'il métamorphose en créatures monstrueuses. Pour y parvenir, il a besoin de la si rare fleur qu'une jeune sorcière leur a volé il y a de nombreuses années. Le professeur et le directrice de l'école découvrant que Mary la possède et est une usurpatrice et non une véritable sorcière, ils mettront tout en oeuvre pour qu'elle leur ramène la fleur sacrée, allant même jusqu'à enlever son ami Peter.

S'en suivra une aventure extraordinaire pleine de péripéties pour la jeune fille pleine de courage qui cherche à retrouver son ami et revenir dans le monde réel. Derrière cette épopée fantastique aux décors sublimes, mélangeant dessins et 3D, il y a surtout la véritable introspection d'une jeune fille. Mary apprend enfin à avoir confiance en elle et découvre qu'elle n'a pas besoin de magie pour avoir de la valeur. Une épopée féerique pour les enfants et une ode à l'acceptation de soi et au respect.
Auteur :Sarah Ugolini
Tous nos contenus sur "Mary et la Fleur de la Sorcière" Toutes les critiques de "Sarah Ugolini"