21 novembre 2018
Critiques

Miss Sloane : Le lobbying est une stratègie

Décidément, Jessica Chastain aime incarner des personnages hors du commun. Des femmes de caractère. Dans "Miss Sloane," l'actrice californienne incarne Elizabeth Sloane, une lobbyiste reconnue comme la meilleure à Washington, la ville du pouvoir politique. Ce long métrage, entre drame et thriller, évolue donc dans le monde du lobbying et de la politique américaine. Un film sur le pouvoir politique à Washington, c'est du déjà vu, mais le film de John Madden ("L'Affaire Rachel Singer", "Indian Palace") est focalisé sur un seul personnage, une femme qui vit pour son travail, pour être la meilleure sans jamais trahir la moindre émotion. C'est donc sur ce personnage que repose le film de la première secondes aux dernières minutes.

Pour Elizabeth Sloane, « le lobby, c'est avant tout une stratégie ». Or Elizabeth a bien compris que dans la capitale américaine, le pouvoir est une question d'influence et de manipulation. Une approche stratégique qui donne au film toute sa structure. Autour de la législation du port d'armes aux USA, deux cabinets de lobbyiste vont s'affronter. Cet affrontement est une véritable partie d'échecs où chaque joueur doit anticiper les prochains coup de son adversaire.

Pour que cela fonctionne à l'image, il faut d'une part que le scénario soit bien écrit et d'autre part, que la réalisation ne tire pas trop sur les ficelles ce qui rendrait la partie moins intéressante car prévisible. Les deux conditions sont réunies. D'abord parce que des informations qui paraissent insignifiantes au début du long métrage ressurgissent à bon escient, comme un joueur qui dispose ses pions pour mieux contrôler la partie. Ensuite, parce que la réalisation de John Madden se met au service de ce scénario, en montrant au spectateur ce qu'il faut voir sans qu'il s'en aperçoive avant le bon moment. Malgré un sentiment de longueur, résultat d'une introduction qui traine avant d'entrer dans le sujet principal, le récit de "Miss Sloane", associé à la sobre réalisation de John Madden, donnent un film efficace. Un constat notamment fruit d'un twist final qui trouve son origine au début du film, démontrant l'application du scénariste et du réalisateur à faire avancer le récit avec plusieurs coups d'avance sur le spectateur.

Un scénario comme celui de "Miss Sloane" peut être « casse gueule ». Avant de se retrouver dans les mains de John Madden, il était d'ailleurs dans un tiroir, faisant partie de la « Blacklist 2015 ». Liste qui recense les meilleurs scénarios en attente de production car jugés difficile à exploiter. Dans le cas présent, le spectateur peut en effet se désintéresser d'un récit qui est basé sur le déploiement d'une stratégie visant les intentions de vote des sénateurs. Pour que cela fonctionne, il faut un personnage central qui capte l'attention, une personnalité qui ne laisse pas le spectateur indifférent. Un personnage qui, s'il doit d'abord être bien construit, doit aussi être bien incarné. Là encore les deux conditions sont réunies. Jessica Chastain porte le film comme l'annonce son titre et son affiche. L'américaine fut d'ailleurs la seule option du réalisateur pour le rôle principal. Une confiance que l'actrice lui rend bien en ayant les épaules solides pour porter le long métrage. Dans la peau d'une femme pour qui la fin justifie les moyens, froide et manipulatrice, Jessica Chastain propose, comme à son habitude, un jeu juste et charismatique. A ses cotés, la présence de Mark Strong est à noter avec un personnage qui agit comme un contre-poids, d'où la nécessité de faire appel à un acteur ayant lui aussi un certain charisme naturel.

Bon scénario, bonne réalisation et un personnage principal capable de capter l'attention grâce au talent de l'actrice qui l'incarne, tout semble être réussi. Pourtant, il ne s'agit pas là d'un grand film. La faute à une introduction trop longue et à un scénario qui aurait pu être pris à son propre jeu sans le ressort du twist final. A l'image de son personnage principal sans émotions, le film peut être déplaisant si le spectateur n'entre pas dans la stratégie de la lobbyiste. Dans ce cas, même twist final sera bien incapable de relever l'intérêt. Ce dernier se trouve autour du débat politique et sa perversion par les lobbys sans oublier l'influence des médias et des réseaux sociaux. Au milieu de tout cela, une femme relève un défi, affiche une volonté froide : gagner, quel qu'en soit le sacrifice nécessaire. Voilà qui est Miss Sloane.
Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Miss Sloane" Toutes les critiques de "François Bour"