16 janvier 2019
Critiques

Mortal Engines : Le visuel ne fait pas tout

Critique du film Mortal Engines

par François Bour

Si vous ne le savait pas encore, "Mortal Engines" est produit par Monsieur Peter Jackson. Le fameux cinéaste à qui l’on doit la célèbre trilogie du "Seigneur des Anneaux". C’est sur cet argument que repose essentiellement la promotion de ce blockbuster. Le réalisateur, scénariste et donc producteur a obtenu les droits de la saga en quatre volumes de Philip Reeve : "Motal Engines".

Le Néo-Zélandais a conçu le scénario mais délégué la mise en scène à Christian Rivers, un de ses superviseurs d’effets spéciaux. Un choix judicieux tant l’univers du film repose sur un aspect visuel primordial. Il s’agit tout de même de villes qui se déplacent et pas n’importent lesquelles puisque c’est une ville de Londres motorisée et mobile qui est au cœur du récit.

Dans une trame post-apocalyptique, l’histoire regorge d’images de synthèse. Alors il faut d’abord évoquer un aspect visuel réussi. L’abondance d’effets spéciaux donne un résultat convainquant. C’est d’ailleurs ce qui frappe le spectateur assez rapidement. L’univers visuel proposé par "Mortal Engines" est vraiment intéressant tant il peut être spectaculaire. Et spectaculaire, le film l’est dans son genre : un blockbuster. De ce point de vue, la mission est accomplie avec les honneurs… à défaut de brio.

Ne vous méprenez pas, il faut le dire une fois de plus, le film est visuellement réussi. Mais c’est de Peter Jackson dont il s’agit puisque c’est comme cela qu’il est vendu. L’exigence est donc de mise sur cette réalisation réussie  où subsiste un ou deux petits regrets. Un effet de gigantisme trop peu souvent illustré par exemple alors qu’il s’agit de villes qui absorbent d’autres villes. Une mise en scène qui manque d’effets "Wahoo", une fois la ville de Londres découverte.

Certains regretteront peut-être, tout simplement, que Peter Jackson himself ne soit pas derrière la caméra. Il ne faut pas, néanmoins, minimiser le travail réalisé par Christian Rivers qui parvient à offrir aux spectateurs un beau spectacle.

"Mortal Engines" est un blockbuster, genre qui se doit d’être spectaculaire. Etre, autant que possible, réussi visuellement. Cela dit, l’impact visuel ne peut pas être le seul élément qui détermine la qualité d’un film, bien qu’il soit un blockbuster. Le récit, les personnages, la performance des acteurs ont aussi un rôle à jouer si l’on peut dire. Avec la prédominance d’effets spéciaux en tout genre, on ne retient, finalement, que cela à la sortie de la salle.

L'impact visuel a bien un effet pervers sur les autres aspects du film. La faute à un scénario qui lorgne trop vers des références connues ("Hunger Games", "Mad Max Fury Road") et des personnages bien trop clichés dont certains dialogues sonnent faux. Dialogues pas vraiment aidés par des acteurs qui peinent à donner du volume à leurs personnages (sauf au niveau capillaire).

Puisque l’affiche de "Mortal Engines" mentionne "Le Seigneur des Anneaux" et "Le Hobbit", il est bon de rappeler que l’aura de ces références ne dépend pas uniquement de Peter Jackson. C’est l’association entre l’œuvre de Tolkien et le travail du cinéaste néo-zélandais qui a fonctionné. Les lecteurs de la saga de Philip Reeve sauront si le film produit par Jackson rend hommage au récit, aux personnages et à l’univers qu’ils ont imaginé à la lecture.

A l’écran, le cinéma ne tient ici que sur le visuel et c’est malheureusement trop peu, aussi réussi soit-il, pour faire un blockbuster de qualité quel que soit la qualité de l’œuvre qu’il adapte.

Tous nos contenus sur "Mortal Engines"
Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Bienvenue à Marwen : Small Soldiers

Rédaction

Blackkklansman de Spike Lee : En DVD et Bluray

Rédaction

Bumblebee : Un transformer différent

Rédaction