19 décembre 2018
Critiques

My Cousin Rachel : Dans la toile d’une veuve noire

Loin de son très célèbre "Coup de Foudre à Notting Hill", avec "My Cousin Rachel", Roger Michell nous donne à voir cette fois un thriller romantique adapté d'un célèbre roman de Daphné de Maurier. Un film particulier qui intrigue et crée le doute. Tomber amoureux c'est avant tout tomber et parfois ça peut faire mal. 

Dans un parfait environnement anglais du XIXème siècle où règnent plaines verdoyantes et falaises imposantes, Philip, jeune homme élevé par son oncle Ambroise, attend de retrouver sa figure paternelle adorée. Pourtant, il n'en sera jamais le cas car ce dernier décède prématurément. Les soupçons se posent rapidement sur la cousine Rachel qu'il vient d'épouser, jeune veuve mystérieuse. Et alors que Philip est prêt à la jeter sur le bûcher, il change rapidement d'avis quand il la rencontre et tombe immédiatement sous son charme. 

La carte postale digne d'un Jane Eyre dans lequel vit notre héros vire rapidement au cauchemar dès la venue de Rachel. Du début à la fin un climat de paranoïa plane dans l'atmosphère : A-t-elle tué l'oncle Ambroise ? Cette question, Philip et le spectateur se la posent pendant toute la durée de l'intrigue et plus encore. La culpabilité de la veuve semble jouer au yo-yo, un coup oui, un coup non, nous sommes tous complètement perdus face à cette femme si déroutante qui semble cacher de nombreux secrets. Tout le scénario repose sur ce changement constant de jugement auquel le personnage masculin et l'auditoire sont soumis.

Rachel Weisz est l'élément clé de ce film, elle incarne une parfaite Rachel Ashley plus ambiguë que jamais. Elle est belle mais sombre à la fois, douce et brutale ou encore désespérée puis passionnée, ce personnage est une énigme à lui seul. Ce qui est sûr c'est qu'elle envoûte tous ceux qui la voient, elle en devient presque sorcière tant son envoûtement est rapide et profond. Philip mais aussi le spectateur sont complètement fascinés par cette beauté froide car même avant qu'elle fasse sa première apparition à l'écran, le public l'attend déjà. Elle nous pose problème tant elle est insaisissable. 

En effet, contrairement au nouveau jeune maître Ashley en qui on lit comme dans un livre ouvert, sa cousine elle garde les portes de ses pensées closes. A quoi pense-t-elle ? Est-elle amoureuse ou manipulatrice ? Essaye-t-elle de tuer tous les mâles de la lignée Ashley ? Impossible à savoir. Philip lui, qui est si innocent et novice en matière de femmes, se voit complètement attirer dans ses filets sans une seule chance de pouvoir en sortir vivant. « Rachel, mon tourment » dit-il car oui, les protagonistes du film sont des êtres torturés par l'amour ou la quête de liberté, sans solutions à leurs problèmes.

Le film fait aussi référence au domaine freudien que Rachel évoque d'ailleurs subtilement. Philip est un enfant sans parents en quête d'amour. Avec cette femme plus âgée qui entre dans sa vie il a l'impression de trouver une mère et développe un profond amour pour elle. Elle est belle et cultivée et lui apprend les plaisirs charnels, elle est une éducatrice, l'objet d'un complexe d'Œdipe malsain.

"My Cousin Rachel" est un thriller troublant qui nous laisse dans l'incertitude la plus totale. Personne ne ressort indemne de la passion d'un amour déchu, ni Rachel, ni Philip, aucun d'entre eux ne connaitra finalement le bonheur. Quant au spectateur, il ressort de sa séance perplexe et frustré de ne pas avoir eu de réponses à ses interrogations. "My Cousin Rachel" est une romance dangereuse qui ne laissera personne indifférent.
Auteur :Julia Grouz
Tous nos contenus sur "My Cousin Rachel" Toutes les critiques de "Julia Grouz"