18 décembre 2018
Critiques

Sans un bruit : Thriller original et intense, au final décevant

Que ferions-nous dans un monde où un simple bruit peut nous tuer ? C'est le postulat de départ aussi original qu'effrayant dans lequel nous plonge le nouveau film de John Krasinsky "Sans un bruit". Le titre en anglais, "A quiet place", comprenez "Un endroit calme", est un double sens ironique laissant place à davantage d'interprétation du spectateur et plus fidèle à l'ambiance pesante qu'il crée. Avec son troisième film, John Krasinsky se permet de nombreuses ellipses narratives pour nous emmener directement dans un monde post-castatrophe où les humains doivent lutter contre des créatures terrifiantes aveugles mais à l'ouïe sur-développée, qui s'en prennent à toute personne qu'elles sont capables d'entendre.

Un film muet et de genre au scénario très original dont l'absence de toute parole et musique au départ crée une tension efficace et un malaise palpable chez le spectateur. On suit ainsi les stratagèmes d'une famille qui tente de survivre dans un monde inhospitalier où le silence fait loi. John Krasinski est magistral dans le rôle du chef de famille héroïque, tout autant que sa femme à la ville comme à la scène Emily Blunt, remarquée notamment dans son rôle d'alcoolique névrosée dans "La fille du train". Dans ce thriller, le réalisateur soigne la mise en scène en laissant une place très minimale aux dialogues, l'intrigue et le suspense reposant principalement sur des effets visuels. Cette plongée dans le monde du silence est complétée par le handicap de la fille de la famille qui est sourde. Un détail qui jouera sur l'issue de cette épopée survivaliste et qui l'empêche d'entendre le bruit des montres environnants.

La famille communique ainsi grâce à la langue des signes et vit dans la terreur de faire le moindre bruit qui pourrait causer sa perte. Un quotidien dans une ferme reculée où les membres de la famille tentent de se remettre d'un drame. Une terrible perte qui constitue la scène de départ de ce film post-apocalyptique d'une rare violence et qui laisse le spectateur sous le choc. Le brio de ce film personnel est de parvenir à développer la psychologie des personnages et les peurs qui les rongent sans le moindre mot. Une scène d'une pureté magistrale soulignera ainsi la force de l'amour du couple parental dans ce monde terrifiant avec l'immersion de la chanson "Harvest Moon" de Neil Young via des écouteurs échangés par les parents dans une danse d'une grande intensité. Un instant de douceur et de beauté où le son fait son retour et est cette fois synonyme d'amour et non de mort.

Malheureusement, la tension et la complexité de ce thriller cède à mon sens à la facilité dans la dernière partie du film. Le film d'horreur angoissant et intelligent fait place à un blockbuster d'action où l'arrivée des monstres tue peu à peu l'angoisse que leur absence terrifiante avait créée. On voit ainsi que les bruits et la suggestion sont bien plus terrifiants que toutes les créatures en images de synthèse possibles. Les courses-poursuites dans les champs un brin stéréotypées et toute la qualité de jeu d'Emily Blunt ou des enfants Millicent Simmonds et Noah Jupe ne suffisent pas à donner une fin convaincante à ce film d'horreur qui aurait pu devenir une référence en la matière. L'immersion de musiques grandiloquentes dans les scènes d'action aurait pu être évitée puisqu'il s'agit d'un film qui s'appliquait depuis son amorce à mettre en exergue le silence.

Si les créatures de type  "Alien" et les courses-poursuites sont décevantes, il n'en reste pas moins que l'idée de prendre la scène incontournable du film d'horreur, qui est celle où le héros retient son souffle "sans un bruit" pour ne pas se faire remarquer de son bourreau, et d'en faire le concept à part entière d'un film était une idée de génie. Un coup de maître pour John Krasinski qui joue sur la mise en scène pour terrifier les spectateurs en misant plus sur l'angoisse suggérée par l'hypothétique survenue des monstres que l'horreur de leur réelle apparition. "Sans un bruit" sublime avec intelligence et originalité le pouvoir de la suggestion. C'est là que réside son principal atout.
Auteur :Sarah Ugolini
Tous nos contenus sur "Sans un bruit" Toutes les critiques de "Sarah Ugolini"