17 novembre 2018
Critiques

Sauvage : Sulfureux à souhait

Auréolé d'un buzz majeur lors de la Semaine de la Critique à Cannes en Mai dernier, "Sauvage" a laissé craindre un éternel premier film-choc du jeune cinéma français. Ce genre de film se complaisant dans la violence et les sujets les plus tabous afin de faire parler. Mais force est de reconnaître que les débuts de Camille Vidal-Naquet derrière la caméra témoignent d'une grande force empathique à l'égard de son personnage principal.

Portant une interdiction aux moins de 16 ans, "Sauvage" porte bien son titre. L'histoire de Léo, jeune prostitué à la recherche de l'amour fou, est perturbé par une violence brutale. Le moindre coup fait très mal, le point d'orgue étant une scène insoutenable où deux clients traitent le héros comme un véritable objet. Vidal-Naquet raconte sans aucune concession le quotidien répétitif de Léo, ce qui aurait pu apporter au fil narratif une certaine lassitude mais les fulgurances de notre héros rendent le film si organique.

Oscillant entre rencontres avec les clients, désir amoureux et scènes de défoulement dans des nights-clubs, la vie de Léo bouge sans cesse durant les événements qu'il traverse. Filmant au plus près son héros, via une caméra souvent à l'épaule dans un cadre naturaliste, une empathie se crée formellement entre le spectateur et le héros, joué par un Félix Maritaud extraordinaire dans ce jeu entre spleen et douceur. On pense parfois au "Panique à Needle-Park" de Jerry Schatzberg devant ces déambulations éternelles entre glauque et optimisme.

Une influence flagrante comme dans n'importe quel premier film, un premier film qui a bien sûr ses faiblesses comme sa longueur. Toutefois, n'y voir que cela serait ignorer la force extraordinaire que le film contient. "Sauvage" est un premier long-métrage étonnant et prodigieusement empathique, n'ayant pas volé sa réputation sulfureuse depuis plusieurs mois.
Auteur :Victor Van De Kadsye
Tous nos contenus sur "Sauvage" Toutes les critiques de "Victor Van De Kadsye"

ça peut vous interesser

Les Animaux fantastiques 2 : Fantastique n’est pas le mot…

Rédaction

The Strange Ones : Un épais et étrange brouillard

Rédaction

Lola et ses frères : Bon pour le coeur

Rédaction