19 décembre 2018
Critiques

Taxi 5 : Où est le vrai Taxi ?

Onze ans après le dernier passage de vitesse, le fameux taxi blanc marseillais passe la cinquième. Il faut reconnaître que Franck Gastambide sait faire preuve de continuité. L'acteur / réalisateur aux commandes de ce "Taxi 5" amène son univers, son humour, son équipe et signe donc une comédie à sa façon dans l'univers de la saga créée par Luc Besson et Gérard Pirès.

Un long métrage avec Franck Gastambide, Malik Bentalha, Anouar Toubali, Sabrina Ouazani et Ramzy Bédia, cela ne vous rappelle rien ? Une comédie délirante à l'humour gras, assumant sa stupidité jusqu'aux plaisanteries scatologiques, toujours rien ? Il est vrai qu'il est possible d'être passé à coté de "Pattaya", le précédent film de Franck Gastambide. Pas de panique si c'est le cas, car "Taxi 5" est donc un mix entre "Pattaya" et "Taxi". Voilà qui établit des bases pouvant dores et déjà convaincre ou faire fuir, en fonction de la position du spectateur au sujet des comédies de Franck Gastambide. 

Petit rappel concernant la saga "Taxi" avant le 11 Avril dernier : 4 films de 1998 à 2007 pour un total de plus de 27 millions d'entrées en France. Depuis, le public a changé et ce qui marche aujourd'hui dans les cinémas français est différent. Mais la saga "Taxi" fait rêver. Alors quand Luc Besson est contacté par Franck Gastambide et Malik Bentalha pour lui parler d'un reboot de "Taxi", le producteur accepte. Après tout, ces deux là font des films qui marchent. C'est donc écrit noir sur blanc, "Taxi 5" n'est pas une suite, c'est un reboot. Ce n'est pas la relève comme il est promu mais une version alternative du "Taxi" de 1998.

Au delà donc de l'import de l'univers de Mr Gastambide et sa troupe dans la cité phocéenne, le scénario est un hybride. Comprenant les éléments indiquant une suite tout en étant construit comme un reboot. L'intrigue reprend donc dans les grandes lignes celle du premier opus. Les italiens ont remplacé les allemands, mais il y a de nombreuses similitudes dans le déroulement du récit comme dans certaines scènes. C'est logique pour un reboot, mais dans le cadre d'une suite, c'est donc céder à la facilité. Une boite auto le "Taxi" de 2018 ? Voilà qui ne plairait pas à Daniel et Émilien. Les deux héros de la saga ont d'ailleurs disparu. Les acteurs tout du moins car les personnages sont encore là. Les noms et les visages ont changé, mais ils sont toujours là. Le chauffeur du Taxi est toujours celui qui à la tchatche, le charisme et le gout des voitures. Son passager est encore le gaffeur trouillard mais attendrissant. Seulement, cette fois le flic est celui au charisme et l'algérien, c'est le passager. L'illustration d'une version alternative de la saga "Taxi" d'origine. Il ne fallait donc pas aller chercher bien loin.

Il est temps d'avoir une pensée pour Bernard Farcy et Edouard Montoute. Les deux seuls acteurs présents en 1998 relayés au second voir troisième plan aujourd'hui. A l'époque, leurs personnages étaient différents des autres. Leur singularité avec celle d'Émilien donnait le ton comique dans ce qui est à l'origine un film d'action. Ils ont conservé la même singularité vingt ans plus tard, sauf qu'ils sont entourés de personnages tout aussi singuliers pour ne pas dire plus bizarres qu 'eux. A vrai dire, difficile de trouver un personnage « normal » dans le scénario. Volonté assumée de Franck Gastambide. Seulement, "Taxi "n'est il pas à la base l'histoire d'un chauffeur de taxi marseillais presque banal qui se retrouve embarqué dans une enquête de police ? La saga "Taxi" a toujours eu à la grille de départ la normalité pour aller vers des aventures peu communes pour un taxi. D'où la présence de quelques personnages peu communs dans un quotidien normal. Personnages qui ont gagné en importance au fil des opus pour équilibrer l'alchimie entre action et comédie.

Franck Gastambide a préféré incarner un super flic qui se retrouve au volant d'un Taxi de légende dans un quotidien où des personnages singuliers enchaînent les situations douteuses. Bien loin donc des origines pour être un reboot honorable et trop facile pour n'être au mieux qu'une suite fainéante à partir d'une recette existante, que ce soit dans les éléments repris dans la saga ou dans ceux des autres comédies du réalisateur. Ce dernier a réalisé ni plus ni moins qu'une comédie propre à son univers avec quelques belles poursuites à haute vitesse dans Marseille. Ni reboot ni suite, c'est une parodie du film où, avec ses 19 ans, il rêvait, sans doute, d'être à la place de Samy Naceri.
Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Taxi 5" Toutes les critiques de "François Bour"