18 décembre 2018
Critiques

The Cakemaker : L’empire des sens

Sous ses airs de gros garçon sympathique, Thomas fait des merveilles avec ses mains : avec un insignifiant biscuit à la cannelle, il peut séduire n'importe qui. Et c'est sans parler de ce qu'il fait avec une forêt noire! Ces recettes fabuleuses qu'il réalise dans sa pâtisserie berlinoise, ce sont celles de sa grand-mère. Elle l'a élevé, elle est morte, il est seul.

L'arrivée d'Oren, ingénieur israélien, fait entrer en collision deux univers entre lesquels tout n'est pas si évident : l'état d'Israël contre les pâtisseries d'un jeune allemand. Cherchant à découvrir la vérité sur Oren, c'est sa propre vérité que Thomas découvre.

Un triangle amoureux inédit, des plans superbes, "The Cakemaker" est un film dont la délicatesse n'a pour seule égale que la puissance. Très contemplatif, le film prend le temps de déployer les sens qu'il célèbre, de la même manière que son protagoniste Thomas a une forme de sensualité très particulière : il n'a ni le physique, ni l'âme d'un séducteur, mais il a le pouvoir d'ouvrir l'appétit des autres. Un personnage de gentil, avec une grande sensibilité, qui donne le goût à la vie, à l'amour et à la forêt noire.

Laissant une place importante à la gastronomie, "The Cakemaker" est aussi une oeuvre universelle, dont le message est qu'il faut parfois partir pour se retrouver. Des secrets, du désir et un récit initiatique, "The Cakemaker" tient les promesses d'une romance métaphysique et gourmande.
Auteur :Yvanna Trambouze
Tous nos contenus sur "The Cakemaker" Toutes les critiques de "Yvanna Trambouze"