13 décembre 2018
Critiques

Tomb Raider : Lara Croft ne mérite pas ça

Tom Raider. Une institution dans l'univers des jeux vidéos. Lara Croft fut, en effet, la première héroïne d'un jeu vidéo. Succès immédiat pour ce jeu sorti en 1996 qui deviendra rapidement une franchise qui compte aujourd'hui pas moins de onze jeux aux succès inégaux. 

Au début des années 2000, c'est en toute logique que l'industrie du cinéma a donné vie à l'archéologue britannique au millions de fans. Qui connaît Angelina Jolie sait forcément qu'elle a incarné Lara Croft dans deux opus sortis respectivement en 2001 et 2003. Deux films inspirés des jeux vidéos mais avec leur propre trajectoire et dont l'accueil ne fut pas à la hauteur des attentes.

Le personnage de Lara Croft fit son retour au premier plan en 2013, dans ce qu'on appel au cinéma comme dans les jeux vidéos, un reboot. Le nouveau visage de l'héroïne, sa nouvelle personnalité et ses nouvelles aventures ont fait l'événement, le succès fut de retour et la franchise relancée. Une suite plus tard, le Guinness des records a d'ailleurs, reconnu Lara Croft comme étant « l'héroïne humaine de jeux vidéo la plus couronnée de succès », en 2017.

Ce n'est donc pas une surprise de voir revenir sur grand écran la célèbre héroïne. D'autant plus que si le reboot a marché en jeu vidéo, il n'y avait aucune raison de ne pas tenter le coup au cinéma. Bye Bye Angelina Jolie et bonjour à  Alicia Vikander. Actrice peu connue du grand public, la Suédoise a a pour mission d'incarnée l'héroïne dans une réelle adaptation cinématographique du jeux vidéo sorti en 2013.

Adapter un jeux vidéo, dont l'aventure emmène les joueurs pendant plus d'une dizaine d'heures de jeu, en un long-métrage d'à peine deux heures, c'est une mission compliquée. Les six scénaristes qui se sont succédé à l'écriture du film laissent même penser à un mission-suicide. Pour vous donner un exemple, il faut attendre une heure pour que le film arrive au point de départ du jeu. Jeu dont le fil rouge est la naissance d'une aventurière. 

La jeune fille débarquant sur une île mystérieuse pour chercher son père disparu deviendra, presque malgré elle, une aventurière. La survie est d'ailleurs au cœur du jeu vidéo. Elle ne l'est pas dans le film. Ce qui, vous en conviendrez, est plutôt dommage quand il est question d'une adaptation. A vrai dire, les seuls éléments qui coïncident avec l'œuvre d'origine sont visuels avec quelques plans qui font sont tournés comme dans le jeu. Un joueur serait presque tenté d'avoir sa manette en main... S'il est encore dans la salle.

Difficile de considérer ce "Tom Raider" version 2018 comme une réussite. D'abord parce que le scénario est trop proche d'un film d'aventure banal sans respecter, au final, le jeu dont il se veut être l'adaptation. Ensuite, il est clair qu'il y a un manque d'ambition et d'audace. Qui se souviendra du réalisateur Roar Uthaug, cinéaste réputé dans le nord de l'Europe, devenu sur ce film un simple exécuteur de producteurs Hollywoodiens ? Qui se souviendra de l'actrice Alicia Vikander dont l'interprétation est elle aussi sur commande ?

Le résultat offre un long-métrage sans aucune dramaturgie, sans puissance émotionnelle et avec des facilités scénaristiques évidentes pour de l'action sous fond vert. Tous les éléments d'un film à peine divertissant pour ne pas dire ennuyeux aux yeux du spectateur lambda en quête d'un film d'aventure et qui ne connaîtrait pas forcément Lara Croft. Pour celles et ceux qui la connaissent, et qui, peut être, ont déjà vécu ses aventures, manettes en main, l'expérience en salle n'a que pour mérite de vous redonner envie de remettre le jeu en marche et retrouver votre héroïne.

Avec un démarrage sans éclat au box office, il est fort probable qu'une suite, bien qu'ouverte à la fin, ne voit pas le jour. Lara Croft mérite, en effet, bien mieux qu'un film qui ne respecte pas ce qu'elle est et qui ne prend même pas la peine de proposer aux spectateurs un film d'aventure au dessus de la moyenne.
Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Tomb Raider" Toutes les critiques de "François Bour"