19 novembre 2018
Critiques

Valérian et la Cité des mille planètes : Embarquement immédiat pour la planète Besson

Luc Besson, ça passe ou ça casse. A chacun de ses nouveaux projets c'est la même chose, l'opinion se divise. Et bien entendu avec Valerian et la cité des milles planètes il ne pouvait pas en être autrement et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il déchaine les foules.

Un film que Besson voulait faire depuis longtemps, dont on nous a parlé un long moment avant sa sortie et qui est la plus chère des productions françaises avec des dépenses qui s'élèvent à  197 millions d'euros : Voilà en quelques mots ce que représente l'adaptation cinématographique de la bande dessinée Valérian et Laureline. En toute légitimité on peut donc se demander, mais alors qu'est-ce que ça vaut ? La réponse est difficile à formuler.

On le sait, Luc Besson aime faire les choses en grand et il a frappé un grand coup au niveau des décors du film. Car oui dans Valerian et la cité des miles planètes on est entièrement plongé dans univers fantastique et intergalactique extraordinaire. Le voyage est assuré tant les moyens mis en place permettent un dépaysement total. C'est presque magique et à ce niveau on rejoint au moins le talent de Cameron dans Avatar.

Mais, là où ça pèche c'est du point de vue de l'histoire. Certes le réalisateur n'a pas tout inventé car un livre est à l'origine de cette réalisation, pourtant on peine quand même a trouver un réel sens à l'intrigue écrite par le réalisateur. On peut même parler de vide du scenario. Il est compliqué de voir un réel intérêt à l'aventure vécue par les personnages et cela peut aisément en ennuyer plus d'un. C'est un grand plus d'avoir des décors qui en jettent mais il faut quand même qu'il y ait une histoire qui tienne derrière et non pas simplement une petite balade sympathique dans l'espace.

Néanmoins on peut souligner un duo d'acteurs principaux qui fonctionne plutôt bien ensemble avec une version amoureuse du jeu du chat et de la souris qui donne un côté mignon au tout. Mais on remarque surtout  une Cara Delevigne brillante en guerrière de l'espace, devenant même la véritable héroïne du film bien qu'elle ait été éjectée de son nom. Girl power mesdames ! Quant à la grande Rihanna, elle n'apporte rien de plus à cette production, si ce n'est une danse langoureuse pour permettre aux messieurs de se rincer l'œil. On aurait clairement pu s'en passer mais les fans de la chanteuse représente de possibles bénéfices non négligeables alors pourquoi s'en priver. C'est le business qui veut ça et puis elle ne dérange personne.

Valerian et la cité des milles planètes déplaira avec certitudes aux cinéphiles qui n'y verront qu'un blockbuster bas de gamme, mais pour le grand public, en quête d'évasion cosmique, le nouveau bébé de Luc Besson devra leur faire passer un agréable moment loin de notre bonne vieille planète terre.
Auteur :Julia Grouz
Tous nos contenus sur "Valérian et la Cité des mille planètes" Toutes les critiques de "Julia Grouz"