16 décembre 2018
Critiques

Verónica : Sans surprise, pas de plaisir

Fort de son succès de la saga "Rec", Paco Plaza a malheureusement sombré dans l'oubli depuis 2012, date de sortie du troisième film. Toutefois, il revient en trombe avec son nouveau long-métrage, "Veronica", qui nous narre une affaire policière jamais élucidée. L'histoire d'une jeune adolescente, qui, suite à une séance de spiritisme, se fait suivre par une présence. Le film est tout de même nominé sept fois au GOYAS 2018, mais est ce mérité ?

L'introduction est de grande qualité et nous plonge directement dans une tension irréprochable. La réalisation se permet quelques effets visuels forts et des idées techniques très recherchées. Comme, par exemple, le jeu entre la portière d'une voiture et son rétroviseur qui permet une approche intéressante d'un dialogue en évitant le cut. La bande-originale est convaincante et nous accroche à notre fauteuil durant ses premières minutes.

Malheureusement, après cette entrée en matière, l'ensemble devient extrêmement plat. La famille que l'on suit a la chance d'être attachante, autrement "Veronica" perdrait énormément en intérêt. On enchaîne les idées du genre qui sont éculées et on s'attarde trop sur des détails (éclipse et lampe torche pour ceux et celles qui ont vu le film). Pas de peur à la clé donc tant les jumpscares sont prévisibles L'introduction, bien qu'elle soit excellente, nous révèle également comment tout va se terminer. On connaît donc les enjeux et on sait également qui est en vie, autant vous dire qu'on perd énormément en tension.

Le film profite tout de même de quelques bonnes idées dans la mise en scène telle celle de mettre des croix cachées dans le décor. A l'endroit si tout va bien et à l'envers si il y a une menace... Il fallait y penser. Ces croix peuvent se trouver grâce à la forme d'une lampe, l'encadrement de certaines fenêtres ou encore la délimitation du ciel avec une contre-plongée sur des buildings.

Au final on ressort de tout cela sans grand plaisir et on se dit simplement qu'on a passé le temps. Ce qui, vous en conviendrez, n'est pas le meilleur ressenti d'après-séance. 
Auteur :Arnaud Couture
Tous nos contenus sur "Verónica" Toutes les critiques de "Arnaud Couture"