16 décembre 2018
DVD / Blu-ray

Logan Lucky en DVD



LOGAN LUCKY

En DVD et Blu-ray le 27 février 2018

Distribué par ARP Sélection





LA CRITIQUE DU FILM


Un retour plus qu'honnête de Soderbergh.

Le grand retour Steven Soderbergh à la caméra ? Oui ! Le réalisateur tente de se réapproprier l'esprit des films de braquage des années 2000 à l'instar de sa trilogie Ocean's. Pari réussi ? Oui !

Steven Soderbergh avait fait fort avec cette trilogie. Il avait donné un second souffle au genre grâce à une mise en scène accès sur le timing et la variété des plans ainsi que leur imbrication les uns dans les autres. Toutefois, "Logan Lucky", exit la mise en scène dynamique. Les plans sont soignés mais aucune folie dans l'enchaînement des images, un choix en lien avec une bande-son en mode sablier (qui nous fait prendre conscience de l'urgence du moment). Le montage est à l'instar des personnages, calme et maîtrisé.

Le film est surtout travaillé dans son univers et son humour. Celui-ci est très particulier et c'est cette originalité qui est la plus grande force du film. Il jongle constamment avec aisance entre absurde et ironie. Une gymnastique qui amène parfois et malgré tout certaines blagues peut-être trop « spéciales » pour toucher un large public. Un mot sur la distribution artistique qui ajoute, il faut le souligner, une grosse plus-value aux répliques cinglantes qui sont balancées çà et là. Composé de Channing Tatum, Adam Driver, Daniel Craig et Riley Keough (qui commence à avoir une jolie filmo), il est solide ! 

"Logan Lucky" est donc un film de braquage qui ne déroge pas à la règle du twist final. En effet, si vous connaissez le genre de la maison, vous savez qu'un bon film de braquage, c'est un film où même le spectateur est surpris par la résolution ultime. Là-dessus, aucun doute, c'est une réussite. Une fin qui permettra à tout le monde d'apprécier l'ensemble, y compris celles et ceux qui n'ont pas adhéré à l'humour ambiant.

Malgré toutes ses qualités, il manque néanmoins quelque chose. Un petit je-ne-sais-quoi pour que ce soit plus qu'un simple « pas mal ». Le réalisateur se referme peut être un peu trop sur sa vision initiale au risque de perdre la charge émotionnelle de ses spectateurs...

Arnaud Couture