18 décembre 2018
DVD / Blu-ray

Vice avec Bruce Willis, Thomas Jane

SORTIE PREVUE EN 2015





Le concept de "Vice" repose sur une idée plutôt intéressante qui mérite amplement une adaptation sur grand écran. Malheureusement, une idée, aussi géniale soit-elle, ne suffit pas à rattraper un scénario bancal, prévisible et cliché. N'allant pas jusqu'à être totalement nul il tente de reprendre les codes habituels du genre, mais a du mal à sortir du lot tant le contenu semble vide et finit par irriter.

Les pseudos-rebondissement que l'on peut voir tout au long du film ne sont jamais surprenants et nous dirigent tranquillement, mais ô combien de manière flagrante, vers une fin prévisible et très peu originale se finissant par un « combat » entre gentils et méchants. Moment qui se veut épique ou les deux héros nous prouvent, dans un élan de courage on ne peut plus agaçant, que le travail d'équipe et les bonnes âmes prévalent toujours face aux grands méchants, qu'importent leurs moyens et leur influence sur la police locale.

« Meilleur est le méchant, meilleur est le film », cette citation d'Alfred Hitchcok s'applique parfaitement à la situation. Le méchant est ici très moyen et représente une entreprise ultra puissante, possédant sa propre armée sur-entraînée mais incapable de viser juste. La différence de « talent » entre les héros et les méchants est, ici, à son paroxysme tant la médiocrité des adversaires à Kelly, Roy et Evan est criante malgré leur présumé entraînement militaire. Hormis, évidemment, lorsque la mort de quelqu'un à le moindre intérêt scénaristique, ceux-ci sont incapables de viser une cible, en mouvement ou non, alors que les personnages principaux se transforment soudainement en sniper talentueux capables de toucher une cible mouvante, par derrière, sur un pied, et le tout en fermant les yeux, talent que même Clint Eastwood ne saurait renier.





Les acteurs, quant à eux, ne sont pas à la hauteur des ambitions du film. Le trio principal composé de Ambyr Childers, Thomas Jane et Bryan Greenberg se repose sur des acteurs très peu connus du grand public et on comprend facilement pourquoi. Le duo amoureux de Kelly et Evan campé par Childers et Greenberg n'est pas crédible un instant et les belles gueules ne sont en aucun cas suffisantes pour rattraper un charisme de mollusque et un manque d'aura naturel cruellement gênant. Roy, pour sa part, est un policier cynique qui se veut étique au milieux de collègues victimes d'un système sur lequel il n'ont aucune emprise, se laissant facilement corrompre et fermant les yeux sur les crimes des gens haut placés. Là aussi, le rôle est vu et revu et le manque de talent de Thomas Jane ne vient en rien arranger les choses. Il nous reste donc le grand méchant loup : Julian Michaels. Personnage qui laisse son honneur de côté afin de s'enrichir. On n'a de cesse de se demander ce que vient faire Bruce Willis ici dans un personnage ? une fois de plus cliché et très mal travaillé ? réduisant le talent que l'on reconnaît à l'acteur à une palette de sentiments peu variée et superficielle.

"Vice" est donc très frustrant, partant d'une bonne intention, le début est prenant, mais la qualité du scénario allant decrescendo, et la crédibilité de certaines scènes étant discutables, l'intérêt laisse progressivement la place à un agacement certain.