17 décembre 2018

Bénérice Bejo

portrait-berenice-bejo
Nationalité : FrançaiseMétier : ActriceDernier film : Le JeuCrédits photographiques : Mars Films


Née le 07 juillet 1976 en Argentine, Bérénice Bejo, fille du cinéaste Miguel Bejo, déménage en France avec toute sa famille à l'âge de 3 ans. Après avoir fait ses premières armes dans des cours de théâtre, elle fait un passage par le court, la télévision (la série "Un et un font six") pour embrayer à 18 ans avec "Les sœurs Hamlet", où elle se retrouve en tête d'affiche dans la peau d'une adolescente entraînée avec sa sœur dans une errance nocturne.

Suivront deux autres films tout aussi âpres et malheureusement voués à une audience confidentielle : "La captive", de Chantal Akerman, librement adapté du roman de Proust, où Bérénice se livre en quelques minutes à une démonstration lesbienne sous l'œil égrillard de Stanislas Mehrar, puis "Passionnément", incursion de Bruno Nuytten dans le drame intimiste qui ne retrouve pas, loin s'en faut, la flamme de son "Camille Claudel".

C'est véritablement avec "Meilleur espoir féminin" (qui porte bien son titre, puisque Bérénice a été nommée aux César dans cette catégorie) que la jeune actrice connaît son premier succès public et embobine avec son air mutin un Gérard Jugnot, brave coiffeur dépassé par les débuts d'actrice de sa fifille. La revoilà ensuite là où ne l'attendait pas : dans "Chevalier", une giga-production américaine modernisant les joutes du Moyen-Age, elle se métamorphose en princesse et fait craquer Heath Ledger. L'expérience reste pourtant sans suite, puisque Bérénice Bejo enchaîne avec "Comme un avion", où elle s'adaptait à merveille au rythme hystérique de la tragi-comédie de Marie-France Pisier, puis avec "24 heures de la vie d'une femme", où elle assurait en tandem avec Michel Serrault, le contrepoint contemporain aux tourments féministes dépeints par Stefan Zweig.

Elle s'illustre également dans un cinéma plus intimiste, celui d'Anna da Palma ("Sans elle...", 2005) et de Manuel Poirier ("La Maison, 2007"), avant de se tourner résolument vers la comédie comme en témoignent ses prestations aux côtés de Jean Dujardin dans "OSS 117, Le Caire nid d'espions" (2006), de Kad Merad dans "Modern Love" (2007) et de Didier Bourdon dans "Bouquet Final" (2008). Elle s'incruste entre-temps dans le polar avec "13m²" (2007) avant d'apparaître dans "L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot" (2009), film à mi-chemin entre documentaire et reconstitution.

L'année 2011 symbolise son goût pour les genres les plus divers : après "La Traque", thriller fantastique avec Grégoire Colin et François Levantal, Bérénice Bejo crève l'écran dans "The Artist", une romance muette en noir et blanc, sélectionnée au Festival de Cannes. De nouveau sous la direction de son compagnon Michel Hazanavicius, elle retrouvait pour l'occasion Jean Dujardin, récompensé par le Prix d'interprétation.

Après le succès de "Populaire", la comédienne était à l'affiche de "Au Bonheur des Ogres" de Nicolas Bary. En avril 2014, place fut faite au thriller, "Le Dernier Diamant", mis en scène par Eric Barbier, et avec Yvan Attal. En novembre 2015, elle tenait la vedette de "The Search" sous la direction de Michel Hazanavicius. Récemment vue dans "L'Economie du Couple", "Eternité", "Le Redoutable" et "Tout Là-Haut", elle est de retour avec "Le Jeu" mis en scène par Fred Cavayé.


(Sources consultées : dossier de presse du film).

Filmographie : 1998 - Les sœurs Hamlet (Bahloul)

1999 - Pasionnément (Nuytten)

1999 - Meilleur Espoir Feminin (Gérard Jugnot)

2000 - La Captive (Chantal Akerman)

2001 - Chevalier (Brian Helgeland)

2001 - Comme un avion (Pisier)

2002 - 24 heures de la vie d'une femme (Laurent)

2004 - Dissonances (Jérôme Cornuau)

2004 - Dans le rouge du couchant (Edgardo Cozarinsky)

2004 - Le Grand rôle (Steve Suissa)

2005 - Sans elle (Anna da Palma)

2004 - Cavalcade (Steve Suissa)

2005 - OSS 117, Le Caire nid d'espions (Michel Hazanavicius)

2007 - 13 m² (Barthélémy Grossmann)

2007 - La Maison (Manuel Poirier)

2007 - Bouquet Final (Michel Delgado)

2009 - La Traque (Antoine Blossier)

2011 - The Artist (Michel Hazanavicius)

2012 - Populaire (Regis Roinsard)

2013 - Au Bonheur des Ogres (Nicolas Bary)

2013 - Le Passé (Asghar Farhadi)

2014 - Le Dernier Diamant (Eric Barbier)

2014 - The Search (Michel Hazanavicius)

2015 - L'Economie du Couple (Joachim Lafosse)

2016 - Eternité (Tran Anh Hung)

2017 - Le Redoutable (Michel Hazanavicius)

2017 - Tout Là-Haut (Serge Hazanavicius)

2018 - Le Jeu (Fred Cavayé)
Tous nos contenus sur "Bénérice Bejo"