21 novembre 2018

Clovis Cornillac

Clovis Cornillac
Nationalité : FrançaisMétier : ActeurDernier film : Brice de Nice 3 Crédits photographiques : Gaumont Distribution



Né en 1967, Clovis Cornillac est le fils de la comédienne Myriam Boyer. Il débute au théâtre en 1984 dans "Une lune pour déshérités", mis en scène par Alain Françon, avec lequel il travaillera régulièrement par la suite ("La dame de chez Maxim's" en 1990, "Edward II" en 1997, "Les petites heures" en 1998, et "Café" en 2000). Il travaillera aussi pour Peter Brook ("Le Mahabharata" en 1985), Xavier Durringer ("Surfeurs en "1998") et il y a deux ans pour Pierre Laville avec "Perversité sexuelle à Chicago", aux côtés d'Isabelle Candelier et de Julie Gayet.

Au cinéma, il débute avec "Hors-La-Loi" de Robin Davis, dans le rôle d'un adolescent rebelle et violent, au cœur des années 80. Il participe ensuite (de loin) au film de Philip Kaufman "L'Insoutenable Légèreté de l'Etre", d'après le roman de Milan Kundera, avec Juliette Binoche et Daniel Day Lewis, puis à celui de Pierre Boutron "Les années sandwiches", avec Thomas Langmann et Patrick Chesnais. Clovis Cornillac fait également carrière à la télé, participant aux séries "Navarro", "Les Cordier, juge et flic", ainsi qu'à une bonne douzaine de téléfilms, dont "Parents à mi-temps n°2" de Caroline Huppert, ou "Sam" d'Yves Boisset.

Il accède ensuite à d'autres seconds rôles sur grand écran (dans la comédie "Suivez cet avion" en 1989 ou encore pour la fresque historique de Jean Marbœuf, "Pétain", en 1993), joue sous la direction de sa mère dans le film semi-autobiographique "La mère Christain" en 1998, et participe – en tenant l'un des premiers rôles – au premier long métrage de Thomas Vincent, "Karnaval", fable réaliste pendant les festivités de février à Dunkerque, où il forme un couple éphémère (et emprunt de violence) avec Sylvie Testud. Le film, très remarqué, lui vaut une première nomination aux César, dans la catégorie Meilleur espoir masculin.

On le retrouve, en 2001, dans la comédie amère d'Artus De Penguern "Grégoire Moulin contre l'Humanité", en brute épaisse qui en veut beaucoup au héros malheureux. Les genres se suivent et ne ressemblent pas, mais l'acteur y est toujours impeccable : outre "Une Affaire Privée", sombre enquête sur la disparition d'une jeune femme, il est un “philosophe-patineur” qui cherchait un sens à sa vie du côté absurde des choses dans "Carnages", de Delphine Gleize, puis transsexuel à la merci d'un livre ensorcelé dans "Maléfique", solide film d'horreur d'Eric Valette.

On a pu également voir l'acteur dans de nombreux courts-métrages, comme "Tea time" de Philippe Larue (en tueur soumis au bon vouloir de son chef) ou encore "Bois ta Suze", d'Emmanuel Silvestre et Thibault Staib, où il se fait tenancier de sex-shop prêt à tout pour que les affaires reprennent... Mais avant tout, honneur au jeune comédien qui décroche enfin son premier rôle principal au cinéma avec "Une affaire qui roule" : dans la peau de Jean-Jacques Roux, chef-cuisinier qui plaque les fourneaux pour monter son restaurant, il est tout simplement génial, jouant de sa carrure comme d'un irrésistible outil burlesque.

Le cinéma semble enfin le découvrir à sa juste démesure et le rythme des tournages s'accélère à l'époque : on dénombre par exemple six films à son compteur en 2003, dont "Je t'aime, je t'adore", ou bien l'excellent "A la p'tite semaine" de Sam Karmann, où il compose un nounours looser, hallucinant de beauferie (nomination au César du Meilleur second rôle masculin), ou bien encore "Mariées mais pas trop", comédie moins heureuse de Catherine Corsini, mais où l'acteur fait encore une fois des étincelles en garagiste bonne poire, transi d'amour pour Emilie Dequenne.

Egalement à l'affiche de "Malabar Princess", succès surprise du début de l'année 2004, on le retrouve ensuite dans "Mensonges et Trahisons" de Laurent Tirard avec Edouard Baer où il campe un célèbre joueur de foot aussi beauf' qu'amoureux et "La Femme de Gilles", où il est un mineur qui trompe sa femme avec la sœur de celle-ci.

Bidasse condamné à mort dans "Un Long Dimanche de Fiançailles" de Jean-Pierre Jeunet, alter ego au lourd secret de Jean Dujardin dans "Brice de Nice", et prétendant assidu d'Alexandra Lamy dans "Au suivant !", il est encore le capitaine Sébastien Vallois, en mission pour sauver le monde, dans "Les Chevaliers du Ciel" de Gérard Pirès, avant d'apparaître dans "Le Cactus" puis dans "Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau où il tient rien moins que le rôle du célèbre l'inspecteur Valentin aux côtés d'Olivier Gourmet en Terrasson et Edouard Baer en Pujol.

Et ce n'était pas fini ! "Poltergay" d'Eric Lavaine, "Le Serpent" d'Eric Barbier, "Eden Log" et "Scorpion" de Julien Séri ont d'ores et déjà complété sa filmographie boulimique ainsi que "Astérix Aux Jeux Olympiques" de Frédéric Forestier et Thomas Langmann, puis "Le Nouveau Protocole" et "Faubourg 36".

En février 2009, on l'a vu dans "Bellamy" de Claude Chabrol aux côtés de Gérard Depardieu. En décembre de la même année, c'était "La Sainte Victoire" avec Christian Clavier. Après "Protéger et Servir", on le découvrait "L'amour à deux c'est mieux" puis dans "600 Kilos d'Or Pur".

Puis ce fut, "Requiem pour une Tueuse", "Une Folle Envie", "Dans la tourmente", "Radiostars", "Mes Héros" et "La Grande Boucle". Quel rythme ! Mais quelle inquiétude quant à la qualité des films auxquels le comédien participe depuis quelques temps... Aussi, et c'est peut être un peu plus rassurant, l'a-t-on retrouvé, après une pause de deux ans, pour sa première réalisation : "Un peu, beaucoup, aveuglément" qui est sortie en mai 2015. Depuis le 19 octobre prochain, il est à l'affiche de "Brice 3" aux côtés de Jean Dujardin.



(Sources consultées : dossier de presse du film).
Filmographie :1985 - Hors-la-loi (Robin Davis)

1986 - Il y a maldonne (John Berry)

1987 - L'insoutenable légèreté de l'être (Philip Kaufman)

1988 - Les années sandwiches (Pierre Boutron)

1989 - Le trésor des îles Chiennes (F.J. Ossang)

1989 - Suivez cet avion (Patrice Ambard)

1993 - Pétain (Jean Marbœuf)

1995 - Marie Louise où la permission (Manuel Flèche)

1998 - Karnaval (Thomas Vincent)

1998 - La mère Christain (Boyer)

2001 - Grégoire Moulin contre l'Humanité (Artus De Penguern)

2001 - Une Affaire Privée (Guillaume Nicloux)

2002 - Carnages (Delphine Gleize)

2002 - Maléfique (Eric Valette)

2002 - Une affaire qui roule (Eric Véniard)

2002 - A la p'tite semaine (Sam Karmann)

2003 - Je t'aime, je t'adore (Bruno Bontzolakis)

2003 - Mariées mais pas trop (Catherine Corsini)

2003 - Malabar Princess (Gilles Legrand)

2004 - Mensonges et Trahisons (Laurent Tirard)

2004 - La Femme de Gilles (Frédéric Fonteyne)

2004 - Un Long Dimanche de Fiançailles (Jean-Pierre Jeunet)

2005 - Brice de Nice (James Huth)

2005 - Au suivant ! (Jeanne Biras)

2005 - Les Chevaliers du Ciel (Gérard Pirès)

2006 - Les Brigades du Tigre (Jérôme Cornuau)

2006 - Le Cactus (Bitton, Munz)

2006 - Poltergay (Eric Lavaine)

2006 - Le Serpent (Eric Barbier)

2006 - Scorpion (Julien Séri)

2007 - Eden Log (Franck Vestiel)

2008 - Astérix Aux Jeux Olympiques (Frédéric Forestier)

2008 - Le Nouveau Protocole (Thomas Vincent)

2008 - Faubourg 36 (Christophe Barratier)

2009 - Bellamy (Claude Chabrol)

2009 - La Sainte Victoire (Christian Favrat)

2010 - Protéger et Servir (Eric Lavaine)

2010 - L'Amour à Deux c'est Mieux (Dominique Farrugia)

2010 - 600 Kilos d'Or Pur (Eric Besnard)

2011 - Requiem pour une Tueuse (Jérôme Le Gris)

2011 - Monsieur Papa (Kad Merad)

2011 - Une Folle Envie (Bernard Jeanjean)

2012 - Dans la tourmente (Christophe Ruggia)

2012 - Radiostars (Romain Lévy)

2012 - Mes Héros (Eric Besnard)

2013 - La Grande Boucle (Laurent Tuel)

2015 - Un peu, beaucoup, aveuglément (Clovis Cornillac)

2016 - Brice 3 (James Huth)
Tous nos contenus sur "Clovis Cornillac"