17 décembre 2018

Gérard Lanvin

Gérard Lanvin
Nationalité : FrançaiseMétier : ActeurDernier film : Pension ComplèteCrédits photographiques : StudioCanal


Eclipsé des toiles blanches durant les années 90, Gérard Lanvin avait fini par s'imposer et en pleine forme à travers une comédie bourrée d'action, "Le Boulet", c'était en 2001, où il affrontait Benoît Poelvoorde, puis par l'entremise de "3 Zéros", un film acide sur l'univers du football.

Ce retour en force définitif s'est largement confirmé depuis plus de 15 ans maintenant, notamment avec des films tels que "San Antonio", "Les Parrains", "Les Enfants" ou encore le succès immense de "Camping" voire des "Lyonnais" signé Olivier Marchal.

Voici le portrait d'un acteur doublé d'un homme d'action, à l'affiche de "Pension Complète" aux côtés de Frank Dubosc, comédie qui est sortie le 30 décembre dernier sur les écrans.


Vendeur de jeans et prince charmant

En France, et même ailleurs, rares sont les acteurs qui ne rentrent pas dans le jeu promotionnel classique et préfèrent dire haut et fort ce qu'ils pensent, espérant que la franchise sera payante. Gérard Lanvin est de ceux-là. En apparence austère, le comédien parle assez facilement pour peu qu'on veuille bien lui poser les bonnes questions. Il faut dire qu'il n'a jamais perçu son métier comme quelque chose de sacré. Garder les pieds sur terre (en somme à la Baule où il possédait un bar), voilà son credo.

D'abord vendeur de jeans sur les marchés au milieu des années 70, Gérard Lanvin fait la connaissance de Coluche et de Miou-Miou, alors lancés dans une aventure "café-théâtre". Lanvin s'accroche au wagon et multiplie les apparitions sur scène. Il remplace même Thierry Lhermitte pour interpréter le macho de "Amour, coquillages et crustacés", devenu par la suite au cinéma "Les Bronzés".

Son premier rôle au cinéma va le marquer durant plusieurs années (on lui en parle encore). Il s'agit du prince charmant niais et chantant de "Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine", première réalisation de Coluche. Lanvin est alors catalogué acteur comique et enchaîne avec Claude Zidi dans "Bête mais discipliné".

Heureusement pour lui, des réalisateurs inspirés savent utiliser son visage carré et sombre pour en faire un vrai personnage de polar. C'est le cas de Bral dans "Extérieur Nuit", de Corneau pour "Le Choix des armes" (avec Depardieu, Deneuve, Montand et Anconina) ou encore de Missiaen dans "Tir Groupé".

La même année, en 1982, il joue dans "Le Prix du danger" de Boisset, héros d'un jeu télé mortel, dont on parlera beaucoup suite à l'adaptation américaine "Running Man" où la doublure du Français avait pour nom Arnold Schwarzenegger.


Célèbre mais pas trop

Les années 1984 et 1985 vont faire de Gérard Lanvin l'une des stars du cinéma français. En deux films, il va réunir plus de 13 millions de spectateurs. Dans deux genres qui plus est très différents: la comédie avec "Marche à l'ombre" de Michel Blanc, le policier dans "Les spécialistes" de Patrice Leconte, où, pour la première fois, le cinéma français se rendra compte qu'il est possible de faire du divertissement d'action même avec des moyens limités.

C'est bien connu, lorsque l'on est arrivé au sommet, on ne peut malheureusement que redescendre. Gérard Lanvin vit cette douloureuse expérience même si le cinéma français est très loin de l'oublier. Avec "Il y a des jours et des lunes" et "La belle histoire", Lelouch permet à Lanvin de rester une valeur sûre. Sur ce dernier, lacteur n'y va pas par quatre chemins : "J'étais heureux au moment où j'ai fait ces deux films. Mais depuis, mes relations avec Claude Lelouch se sont dégradées. Je devrais même dire qu'elles sont inexistantes. Je ne rentrerai pas dans les détails mais je n'aime pas son attitude. Je ne l'aime pas tout court." Une franchise qui a de quoi effrayer les cinéastes qui souhaitent l'embaucher.

Lanvin choisit alors ses films avec soin et ne tourne qu'une fois par an. En 1994, il obtient le césar du meilleur acteur pour "Le fils préféré" de Nicole Garcia. Sur la cérémonie non plus, il n'a pas la langue dans sa poche : "Ces soirées d'auto-congratulation ne m'intéressent pas. Je ne vois pas en quoi on peut dire qu'un acteur est meilleur qu'un autre. Sur quels critères. C'est complètement idiot. Moi, la plus belle récompense que l'on puisse me donner, c'est un bon scénario avec un bon rôle." Pas surprenant donc que l'acteur ne se soit pas déplacé pour recevoir sa statuette de meilleur second rôle pour "Le Goût des Autres". Le film d'Agnès Jaoui l'avait alors complètement relancé dans le coeur du public après des expériences plus ou moins concluantes comme "Mon Homme" de Bertrand Blier ou "La femme du cosmonaute" de Philippe Monnet.


Retour en grâce depuis plus de 15 ans...

Gérard Lanvin a donc enchaîné en 2001 avec "Les Morsures de l'Aube", premier film d'Antoine de Caunes dans lequel il incarnait, aux côtés de Guillaume Canet, un quadragénaire un peu pathétique persuadé qu'il y a des affaires à faire dans les nuits parisiennes.

En avril 2002, on l'a vu dans "Le Boulet" d'Alain Berbérian avec Benoît Poelvoorde et José Garcia, puis dans "3 Zéros" de Fabien Ontoniente. Enchainant les productions grand public telles "A La Petite Semaine", "San Antonio" et "Les Parrains", il aura connu un énorme succès en avril 2006 avec la comédie "Camping" toujours sous la direction de Fabien Onteniente.

"Le Héros de la Famille" sorti en décembre 2006 et "Le Prix à Payer" présent sur les écrans nationaux en avril 2007 ont confirmé son statut de comédien grand public. "Mesrine - L'Ennemi Public n°1" de Jean-François Richet et "Secret Défense" de Philippe Haïm n'ont pas certainement pas démenti cette tendance.

Après la comédie grand public : "Envoyés Très Spéciaux", puis "Erreur de la banque en votre faveur", puis des films d'action purs et durs tels "A Bout Portant" et "Les Lyonnais". Gérard Lanvin est revenu ensuite à un registre plus calme avec "Les Enfants", "Le Fils à Jo" ou encore "Amitiés Sincères".

Après "Angélique", "96 Heures", "Colt 45" et "Bon Rétablissement" et "Premiers Crus", voici Gérard Lanvin associé à Franck Dubosc dans "Pension Complète".

Christophe Dordain

Filmographie :1977 - Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine (Coluche)

1977 - Bête mais discipliné (Zidi)

1979 - Les héros n'ont pas froid aux oreilles (Némès)

1979 - Tapage Nocturne (Breillat)

1980 - Extérieur Nuit (Bral)

1980 - L'Entourloupe (Pirès)

1981 - Une Semaine de Vacances (Tavernier)

1981 - Est-ce bien raisonnable ? (Lautner)

1981 - Le Choix des Armes (Corneau)

1981 - Une Etrange Affaire (Granier-Deferre)

1982 - Tir Groupé (Missiaen)

1982 - Le prix du danger (Boisset)

1983 - Ronde de Nuit (Missiaen)

1984 - Marche à l'ombre (Blanc)

1985 - Les Spécialistes (Leconte)

1985 - Moi vouloir Toi (Dewolf)

1986 - Les Frères Pétard (Palud)

1988 - Saxo (Zeitoun)

1989 - Mes Meilleurs Copains (Poiré)

1990 - Il y a des jours... et des lunes (Lelouch)

1991 - La Belle Histoire (Lelouch)

1993 - Les Marmottes (Chouraqui)

1994 - Le Fils Préféré (Garcia)

1995 - Mon Homme (Blier)

1996 - Anna Oz (Rochant)

1997 - La Femme du Cosmonaute (Monnet)

1998 - En plein Cœur (Jolivet)

1999 - Passionnément (Nuytten)

1999 - Le Goût des Autres (Jaoui)

2000 - Les Morsures de l'Aube (De Caunes)

2001 - Le Boulet (Berbérian)

2001 - 3 Zéros (Onteniente)

2002 - A La Petite Semaine (Karmann)

2003 - San Antonio (Auburtin)

2005 - Les Enfants (Vincent)

2005 - Les Parrains (Forestier)

2006 - Camping (Onteniente)

2006 - Le Héros de la Famille (Klifa)

2007 - Le Prix à Payer (Leclère)

2008 - Mesrine - L'Ennemi Public n°1 (Richet)

2008 - Secret Défense (Haïm)

2009 - Envoyés Très Spéciaux (Berbérian)

2009 - Erreur de la banque en votre faveur (Muntz/Bitton)

2010 - A Bout Portant (Cayavé)

2011 - Le Fils à Jo (Guillard)

2011 - Les Lyonnais (Marchal)

2013 - Amitiés Sincères (Archinard)

2013 - Angélique (Zeitoun)

2014 - 96 Heures (Schoendoerffer)

2014 - Colt 45 (Du Welz)

2014 - Bon Rétablissement (Becker)

2015 - Premiers Crûs (Le Maire)

2016 - Pension Complète (Siri)
Tous nos contenus sur "Gérard Lanvin"