17 novembre 2018

Jose Garcia

Jose Garcia
Nationalité : FrançaisMétier : ActeurDernier film : Madame HydeCrédits photographiques : Haut et Court


C'est le 17 mars 1966, à Paris et d'une famille d'origine espagnole, qu'est né ce fou furieux de José Garcia. Clown, trublion et gigoteur assermenté pendant l'enfance et l'adolescence, il suit une formation en classe libre au Cours Florent de 1986 à 1988 (à l'issue de laquelle il débute sur les chapeaux de roue en décrochant une apparition, en réparateur d'ascenseurs, dans "Romuald et Juliette" !), puis exerce différents emplois avant d'intégrer la maison Canal+ au début des années 90, d'abord en tant que chauffeur de salle dans "Nulle part ailleurs", puis, succès oblige, en devenant le faire-valoir d'Antoine de Caunes au gré des déguisements de ce dernier. On se souvient ainsi de José Garcia en Cindy Crawford moustachue ou en Difool (De Caunes étant Doc) dans des sketches depuis devenus anthologiques.

A partir de 1994, le cinéma commence à s'intéresser à sa bouille particulièrement expressive, d'abord pour des petits rôles (un chauffeur de Taxi dans "Elisa", Figaro dans "Beaumarchais l'insolent"), puis pour de plus importants : un détective pot-de-colle dans "Tout doit disparaître", un loulou de province dans "Les démons de Jésus". Et puis surtout, il devient Serge, le loser pathétique de "La vérité si je mens !", premier grand succès populaire du comédien (“Champion du monde !” c'est lui), qui hérite par la suite du rôle principal de La mort du Chinois, celui d'un cocu qui cherche à récupérer sa femme. Car José Garcia, c'est ça : le pauvre gars sympa et tranquille à qui il arrive toutes les horreurs, mais qui s'en sort toujours par les astuces et la gouaille.

A contre-emploi dans "Extension du domaine de la lutte" dans le rôle d'un pathétique employé de bureau qui dérive lentement, mais sûrement, sur une pente suicidaire, il est le frère de Denis Podalydès dans la farce "Les Frères Sœur", puis Hugo, l'avocat ami du couple formé par Jean-Hugues Anglade et Clotilde Courau dans "En Face". Et il retrouve un grand rôle populaire avec le délirant Mellor da Silva, Brésilien sursexué qui fait monter la fièvre de la "Jet Set" (1999) vers quelques sommets délirants.

Devenu une star adorée par toute une génération, José Garcia est devenu, en quelques années, le jeune acteur le plus demandé : depuis "La Vérite si je mens ! 2", pour lequel il retrouvait son personnage de Serge (cette fois obligé de donner dans la mythomanie pour épouser la belle Chochana), le comédien a tourné sous la direction de son vieux pote Antoine de Caunes dans "Les Morsures de l'Aube" (dans le rôle d'un gérant de boîte de nuit échangiste), puis donne dans le film d'auteur avec un petit rôle de scientifique dans "Trouble every day". Mais ce n'est qu'une parenthèse dramatique avant une nouvelle volée de rôles comiques, dont deux aux côtés de son faire-valoir idéal, Benoît Poelvoorde : il est son frère et entraîneur cycliste dans "Le Vélo de Ghislain Lambert", puis un méchant tueur turc qui veut sa peau dans le délirant "Le Boulet".

Après un troisième film en commun où Poelvoorde n'aura cette fois qu'un petit rôle ("Rire et Châtiment", réalisé par une certaine Isabelle Doval, en fait la femme de José dans la vie), l'acteur prête son talent à Patrick Timsit réalisateur de "Quelqu'un de bien", où il balance son beau casque capillaire (tendance Mireille Mathieu) face à Timsit dont il joue le frère mal-aimé. Tout cela sans oublier sa composition sonore d'un Louis XIV narcissique à l'extrême dans le délirant "Blanche" de Bernie Bonvoisin.

Pauvre hère dépressif dans la comédie aigre-douce de Pierre Salvadori "Après vous...", où Daniel Auteuil le sauve du suicide, et tente d'en faire un savant sommelier alors qu'il distingue à peine la chicorée de l'Orangina, Garcia perd quinze kilos et met le magazine "Têtu" au défi de l'afficher en couverture pour son rôle de John John, jet-setteur puissance champagne coupé à l'ecsta et roi des nuits ibiziennes, dans "People Jet set 2".

José Garcia délaisse peu à peu l'unique registre burlesque et s'aventure vers des rôles plus sombres en se confrontant aux pièges d'une secte, tournant en espagnol pour l'occasion, dans "Utopía" (2003), puis en campant avec conviction un chômeur qui se mue en serial killer dans le thriller social "Le Couperet" (2004), avant d'incarner un amnésique dans "La Boîte Noire" de Richard Berry (2005) et de tenir la vedette de "GAL" (2006).

Mais le démon de la comédie pure le rattrape vite : en 2007, il figure au générique de la "comédie mythologique" "Sa Majesté Minor" de Jean-Jacques Annaud, dans lequel il joue le rôle-titre, celui d'un personnage mi homme... mi-cochon ! On le voit ensuite figurer au casting de luxe d'"Astérix aux Jeux Olympiques" avant de jouer "Le Mac" dans la comédie de Pascal Bourdiaux.

José Garcia effectue un retour de premier plan début 2012 en se glissant pour la troisième fois dans la peau de l'hilarant Serge Benamou dans "La Vérité si je mens ! 3", dernier volet de la (très lucrative) trilogie de Thomas Gilou, avant de prêter ses traits à Patrick Orbéra, une ancienne gloire du football désormais ruinée et alcoolique, contrainte à entraîner une équipe de bras cassés, dont Gad Elmaleh, Franck Dubosc et Joey Starr dans "Les Seigneurs". C'est ensuite un duo inédit qu'il forme avec Michaël Youn dans "Vive la France", deuxième réalisation du célèbre et infatigable comique. 

Capable de participer à des productions internationales telle que "Insaisissables", et après être devenu père de plus de 50 enfants dans "Fonzy", puis un moniteur déjanté dans "Tout Schuss" sorti en janvier 2016, on a retrouvé Jose Garcia dans "Bastille Day" et dans "A Fond". Des projets dont l'envergure demeure bien trop modeste. Souhaitons le meilleur maintenant avec "Madame Hyde", dont la sortie est prévue pour le 28 mars prochain.


(Sources consultées : dossier de presse du film).

Filmographie :1988 - Romuald et Juliette (Coline Serreau)

1993 - Le Tronc (Karl Zéro)

1994 - Le Jour J (Denis Malleval)

1994 - Elisa (Jean Becker)

1996 - Beaumarchais, l'insolent (Edouard Molinaro)

1996 - Caméléone (Benoît Cohen)

1996 - Coeur de cible (Laurent Heynemann)

1996 - Les Démons de Jésus (Bernie Bonvoisin)

1996 - Tout doit disparaître (Philippe Muyl)

1996 - La Vérité si je mens ! (Thomas Gilou)

1997 - Mauvais Genre (Laurent Bénégui)

1997 - Que la lumière soit (Arthur Joffé)

1998 - Comme un poisson hors de l'eau (Hervé Hadmar)

1998 - La Mort du Chinois (Jean-Louis Benoît)

1998 - Les Grandes bouches (Bernie Bonvoisin)

1998 - Mulan (Tony Bancroft)

1999 - Cinq Minutes de Détente (Tomas Romero)

1999 - En Face (Mathias Ledoux)

1999 - Extension du Domaine de la Lutte (Philippe Harel)

1999 - Jet Set (Fabien Onteniente)

1999 - Les Frères Soeur (Frédéric Jardin)

2000 - La Route d'Eldorado (Don Paul)

2000 - La Vérite si je mens ! 2 (Thomas Gilou)

2000 - Le Vélo de Ghislain Lambert (Philippe Harel)

2000 - Les Morsures de l'Aube (Antoine de Caunes)

2001 - Blanche (Bernie Bonvoisin)

2001 - Quelqu'un de bien (Patrick Timsit)

2001 - Trouble Every Day (Claire Denis)

2002 - Après vous... (Pierre Salvadori)

2001 - Le Boulet (Alain Berbérian)

2002 - Rire et Châtiment (Isabelle Doval)

2003 - Le Rôle de sa Vie (François Favrat)

2003 - People Jet set 2 (Fabien Onteniente)

2003 - Utopia (Maria Ripoll)

2004 - Le 7ème jour (Carlos Saura)

2004 - Tu vas rire mais je te quitte (Philippe Harel)

2005 - La Boîte Noire (Richard Berry)

2004 - Le Couperet (Costa-Gavras)

2004 - Madagascar (Eric Darnell)

2005 - Quatre Etoiles (Christian Vincent)

2006 - GAL (Miguel Courtois Paternina)

2006 - Pars vite et reviens tard (Régis Wargnier)

2006 - Sa Majesté Minor (Jean-Jacques Annaud)

2007 - Astérix aux Jeux Olympiques (Frédéric Forestier)

2008 - Chez Gino (Samuel Benchetrit)

2008 - Madagascar 2 (Tom McGrath, Eric Darnell)

2008 - Un Homme et son Chien (Francis Huster)

2009 - Le Mac (Pascal Bourdiaux)

2011 - La Vérité si je mens ! 3 (Thomas Gilou)

2011 - Les Seigneurs (Olivier Dahan)

2012 - Madagascar 3, Bons Baisers D'Europe (Darnell & McGrath)

2012 - Vive la France (Michaël Youn)

2013 - Insaisissables (Louis Leterrier)

2013 - Fonzy (Isabelle Doval)

2015 - Tout Schuss (François Prévôt-Leygonie, Stephan Archinard)

2016 - Bastille Day (James Watkins)

2016 - A Fond (Nicolas Benamou)

2018 - Madame Hyde (Serge Bozon)
Tous nos contenus sur "Jose Garcia"