15 décembre 2018

Mathieu Amalric

portrait-mathieu-amalric
Nationalité : FrançaisMétier : Acteur, RéalisateurDernier film : Le Grand BainCrédits photographiques : StudioCanal

Mathieu Amalric, né le 25 octobre 1965 à Neuilly-sur-Seine, est un acteur et un réalisateur français de cinéma. Il s'est vu décerner le César du meilleur espoir masculin en 1997 pour "Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle)" d'Arnaud Desplechin, puis deux fois le César du meilleur acteur : en 2005 pour "Rois & Reine" d'Arnaud Desplechin, et en 2008 pour "Le Scaphandre et le Papillon" de Julian Schnabel.

Mathieu Amalric est le fils de Jacques Amalric, correspondant étranger au journal Le Monde et éditorialiste à Libération, et de Nicole Zand, critique littéraire au journal Le Monde d'origine juive polonaise. Il a eu deux enfants avec Jeanne Balibar dont il s'est séparé au début des années 2000.

Après s'être essayé aux classes préparatoires littéraires, il débute au cinéma comme accessoiriste et cantinier. En 1987, il est stagiaire à la mise en scène du film Au revoir les enfants de Louis Malle. En 1996, il est remarqué dans "Le Journal du séducteur" de Danièle Dubroux. Il joue ensuite, le rôle de Paul Dedalus dans "Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle)" d'Arnaud Desplechin qui lancera sa carrière, et pour lequel il reçoit le César du meilleur espoir masculin en 1997. Il s'impose alors à la fin des années 1990 comme un des acteurs les plus en vue du cinéma d'auteur, jouant généralement des intellectuels fantasques, exubérants ou dépressifs. Il reçoit en 2005, le César du meilleur acteur pour "Rois & Reine", un film de son metteur en scène fétiche Arnaud Desplechin.

Réalisateur de cinéma, Mathieu Amalric est également l'auteur d'un film autobiographique "Mange ta soupe" en 1997, puis surtout du "Stade de Wimbledon" (2001) pour lequel il offre un rôle à Jeanne Balibar. En 2003 il présente "La Chose Publique" à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes.

Deux ans plus tard, il tourne un rôle secondaire mais déterminant sous la direction de Steven Spielberg dans le film "Munich". En 2008, Mathieu Amalric obtient le second César du meilleur acteur de sa carrière pour son rôle de journaliste atteint du locked-in syndrome dans "Le Scaphandre et le Papillon" de Julian Schnabel. Il est cependant absent de la cérémonie en raison du tournage de "Quantum of Solace", dans lequel incarne Dominic Greene, le redoutable homme d'affaire, ennemi de James Bond. Mathieu Amalric qui s'est fait représenter lors de la soirée, avait déploré que son discours de remerciements ait été en partie coupé, omettant un passage où il critiquait le rôle des multiplexes et le manque de plus en plus flagrant de subventions pour les salles d'art et d'essai.

Acteur fétiche des cinéastes "auteurs" (comme Damien Odoul ou Bertrand Bonello), il reste avant tout un pilier de la famille Desplechin ("Un Conte de Noël") et intègre celle de l'aîné Resnais ("Les Herbes Folles", 2009, "Vous n'avez encore rien vu", 2012). Malgré des choix parfois très élitistes, Mathieu Amalric a la particularité de ne pas être étiqueté pour autant : éclectique, il participe à des projets plus accessibles et fantaisistes, comme lorsqu'il prête sa voix au "Chat du Rabbin" dans le film d'animation éponyme (2011), avant d'apparaître sous les traits d'un violoniste suicidaire dans "Poulet aux Prunes".

Par ailleurs, le comédien est capable de naviguer entre cinéma d'auteur et superproductions. En France, il était ainsi à l'affiche de "Mesrine - L'Ennemi Public n°1", et son talent a même traversé les frontières : en l'espace de six ans, il s'est fait une place à l'échelle internationale en travaillant sous la houlette de Spielberg ("Munich", 2005) ou Cronenberg ("Cosmopolis", 2012), sans oublier le méchant dans un James Bond (2008).

En 2013, il était à l'affiche de la nouvelle réalisation de Roman Polanski : "La Vénus à la Fourrure". Après "L'Amour est un Crime Parfait" des frères Larrieu, et "La Chambre Bleue", ce fut "Trois Souvenirs de ma Jeunesse". Ces dernières années, on a vu le comédie dans le dernier film de Jean-Paul Rappeneau par exemple, "Belles Familles", ainsi que dans "La Chambre Interdite" et "La Vie très privée de Monsieur Sim". Pour le 70ème Festival de Cannes, il était à l'affiche des "Fantômes d'Ismaël" mis en scène par Arnaud Desplechin. Comédien discret par nature, on a pu le voir dans une nouvelle fois à l'oeuvre en tant que réalisateur avec "Barbara" en 2017. Le voici maintenant plongé dans "Le Grand Bain".


(Sources consultées : dossier de presse du film).

Filmographie :1984 - Les Favoris de la lune (Otar Iosseliani)

1992 - La Chasse aux papillons (Otar Iosseliani)

1992 - La sentinelle (Arnaud Desplechin)

1993 - Lettre pour L... (Romain Goupil)

1995 - Le Journal du séducteur (Danièle Dubroux)

1995 - Tom est tout seul (Fabien Onteniente)

1996 - Comment je me suis disputé… ma vie sexuelle (Arnaud Desplechin)

1996 - Généalogies d'un crime (Raoul Ruiz)

1998 - On a très peu d'amis (Sylvain Monod)

1998 - Dieu seul me voit (Bruno Podalydès)

1998 - Alice et Martin (André Téchiné)

1998 - Fin août, début septembre (Olivier Assayas)

1999 - Trois Ponts sur la rivière (Jean-Claude Biette)

1999 - Adieu, plancher des vaches ! (Otar Iosseliani)

1999 - La Fausse Suivante (Benoît Jacquot)

2000 - L'affaire Marcorelle (Serge Le Péron)

2001 - Amour d'enfance (Yves Caumon)

2002 - Lundi Matin (Otar Iosseliani)

2002 - Les naufragés de la D17 (Luc Moullet)

2002 - Lulu (Jean-Henri Roger)

2002 - C'est le bouquet ! (Jeanne Labrune)

2003 - Un homme, un vrai (Arnaud Larrieu)

2003 - Mes enfants ne sont pas comme les autres (Denis Dercourt)

2003 - Rois & Reine (Arnaud Desplechin)

2004 - Inquiétudes (Gilles Bourdos)

2004 - Le Pont des Arts (Eugène Green)

2004 - La Moustache (Emmanuel Carrère)

2005 - Au Large (François-Christophe Marzal)

2005 - J'ai vu tuer Ben Barka (Serge Le Péron)

2005 - Munich (Steven Spielberg)

2005 - Marie Antoinette (Sofia Coppola)

2005 - Michou d'Auber (Thomas Gilou)

2006 - Quand j'étais chanteur (Xavier Giannoli)

2006 - Fragments sur la grâce (Vincent Dieutre)

2006 - La Question Humaine (Nicolas Klotz)

2006 - Le Grand Appartement (Pascal Thomas)

2007 - Le Scaphandre et le Papillon (Julian Schnabel)

2006 - Actrices (Valeria Bruni Tedeschi)

2007 - L'Histoire de Richard O. (Damien Odoul)

2007 - Un Secret (Claude Miller)

2007 - Un Conte de Noël (Arnaud Desplechin)

2007 - De la Guerre (Bertrand Bonello)

2007 - Quantum of Solace (Marc Forster)

2008 - Mesrine - L'Ennemi Public n°1 (Jean-François Richet)

2008 - Visage (Tsai Ming-liang)

2009 - Bancs Publics (Bruno Podalydès)

2008 - Les Derniers Jours du Monde (Jean-Marie Larrieu)

2008 - Les Herbes Folles (Alain Resnais)

2009 - Adèle Blanc-Sec (Luc Besson)

2009 - Tournée (Mathieu Amalric)

2011 - Poulet aux Prunes (Marjane Satrapi)

2011 - Camille redouble (Noémie Lvovsky)

2011 - Vous n'avez encore rien vu (Alain Resnais)

2012 - Cosmopolis (David Cronenberg)

2012 - Les Lignes de Wellington (Valeria Sarmiento)

2013 - Jimmy P. (Arnaud Desplechin)

2013 - La Vénus à la Fourrure (Roman Polanski)

2014 - L'Amour est un Crime Parfait (Larrieu)

2014 - La Chambre Bleue (Amalric)

2015 - Trois Souvenirs de ma Jeunesse (Desplechin)

2015 - Belles Familles (Rappeneau)

2015 - La Chambre Interdite (Maddin)

2015 - La Vie très privée de Monsieur Sim (Leclerc)

2017 - Les Fantômes d'Ismaël (Desplechin)

2017 - Barbara (Amalric)

2018 - Le Grand Bain (Lellouche)
Tous nos contenus sur "Mathieu Amalric"