16 décembre 2018

Robin Williams

Robin Williams
Nationalité : Américain (décédé le 11 août 2014)Métier : ActeurDernier film : BoulevardCrédits photographiques : Zelig Films Distribution


Né le 21 avril 1951 dans un faubourg de Chicago, Robin Williams commence à s'intéresser au théâtre durant ses études secondaires. Après avoir étudié aux universités de Claremont et de Marin County, il entre, avec une bourse à la clé, à la Juilliard School de New York où il travaille pendant trois ans sous la tutelle de certains des meilleurs professeurs d'art dramatique américains, parmi lesquels John Houseman.

Williams commence alors à se faire remarquer dans les cabarets de San Francisco, comme le Holy City Zoo et le Boardinghouse, puis se fixe en 1976 à Los Angeles, où il remporte ses premiers succès au Comedy Store et à l'Improvisation, deux autres fameux cabarets. La série "Laugh In" le consacre au début de 1977. Il participe alors en guest-star à "Happy Days", où il crée le personnage de Mork, un extraterrestre s'exprimant par borborygmes non-sensiques... Adopté par le public enfantin, il devient, en 1978, le héros de la série "Mork and Mindy".

En 1980, Robin Williams débute à l'écran dans le rôle-titre de " Popeye", sous la direction de Robert Altman. En 1982, il incarne Garp dans "Le monde selon Garp", de George Roy Hill, puis tourne avec des réalisateurs cotés tels que Paul Mazursky, Terry Gilliam ou encore Barry Levinson. C'est d'ailleurs sous la direction de celui-ci que sa carrière finit enfin par exploser, à la fin des années 80, avec "Good morning Vietnam", dans lequel il campe le disc-jockey hystérique et drôlissime Adrian Cronauer. Sa prestation en professeur mentor dans le vénéré "Cercle des poètes disparus" le consacre définitivement comme tête d'affiche, et qui plus est lui permet de prouver qu'il est aussi à l'aise dans la comédie que dans le drame. Il sera cité à l'Oscar pour ces deux films, et le sera une troisième fois encore pour sa prestation dans "Fisher king", de Terry Gilliam.

Doté d'un physique élastique et d'un visage joyeusement grimaçant, Robin Williams fait des merveilles dans "Madame Doubtire" de Chris Columbus, dans le "Hook" de Spielberg, ou encore dans "Toys", de Barry Levinson, où il erre dans un monde dans lequel les jouets sont à taille d'homme. Williams prête ensuite sa voix au génie d'"Aladdin", le dessin animé de Walt Disney, et apparaît dans différentes productions, parfois uniquement en participation ("Extravagances", "Neuf mois aussi", "L'agent secret", "Hamlet"...).

L'homme qui tournait plus que son ombre, c'est lui : petit garçon à l'apparence adulte dans le naîf "Jack", pourtant signé Coppola, doublure américaine de Michel Serrault dans un remake de "La cage aux folles", "The birdcage", génie chimiqe de "Flubber", voyageur de l'au-delà dans "Au-delà de nos rêves" et en médecin-clown dans "Docteur Patch", Robin Williams fait de la boulimie, sauve parfois le pire du naufrage par son énergie, mais l'épuisement guette.

Dans cette perspective, le retrouver en acteur flou dans "Harry dans tous ses états" ne manque pas de sel, mais c'est surtout sa composition de psy paternaliste, tout d'émotion contenue, qui frappe dans "Will Hunting" et lui vaut en 1998 son premier Oscar (meilleur second rôle) et sa dixième nomination aux Golden Globe (dont cinq métamorphosées en trophée !). Après avoir persévéré dans l'oeuvre "de prestige" ("Jakob le menteur") et de nouveau cédé à la guimauve grand public ("L'homme bicentenaire") le comédien aura freiné sur la manivelle, hormis une participation vocale pour son pote Spielberg (l'hologramme savant qui répond aux interrogations existentielles de Haley Joel Osment dans "AI - Intelligence artificielle").

Il opéra un retour en force pour la rentrée 2002, dans un registre de plus en plus intériorisé, qu'il soit coeur solitaire à tendance pyschotique, obsédé par les mielleux clichés de famille dans "Photo obsession" (trois prix à Deauville) ou serial-killer assumé et douceâtre dans "Insomnia", deux rôles qui ont confirmé tout son talent tout comme "Final Cut" en 2005.

Il se fera ensuite plus discret sur les plateaux de cinéma préférant les seconds rôles rôles ("August Rush", "Permis de mariage") ou le doublage ("Robots" et "Happy Feet"). Il continuera malgré tout de se distinguer dans les comédies comme en 2009 où il reprendra son rôle de Theodore Roosevelt dans "La Nuit au musée 2". Il sera également un autre président des Etats-Unis dans "Le Majordome".

Robin Williams nous a quittés dans des circonstances tragiques le 11 août 2014 à l'âge de 63 ans. On a eu l'occasion de le voir encore dans "Une Nuit au Musée 3" et voici maintenant "Boulevard", une de ses toutes dernières apparitions.


(Sources consultées : dossier de presse du film).
Filmographie :1979 - Can I Do It... Till I Need Glasses ? (Levy)

1980 - Popeye (Robert Altman)

1982 - Le Monde selon Garp (George Roy Hill)

1983 - The Survivors (Michael Ritchie)

1984 - Moscou à New York (Mazursky)

1986 - The Best of Times (Roger Spottiswoode)

1986 - Seize the Day (Cook)

1986 - Club Paradise (Harold Ramis)

1988 - Les aventures du baron de Munchausen (Terry Gilliam)

1987 - Good morning Vietnam (Barry Levinson)

1989 - Le Cercle des poètes disparus (Peter Weir)

1989 - Cadillac Man (Roger Donaldson)

1990 - L'éveil (Penny Marshall)

1991 - Dead Again (Kenneth Branagh)

1991 - Hook (Steven Spielberg)

1991 - Fisher King : Le roi pêcheur (Terry Gilliam)

1992 - Toys (Barry Levinson)

1992 - Shakes the Clown (Bob Goldthwait)

1992 - Aladdin (Ron Clements)

1992 - Les Aventures de Zak et Crysta dans la forêt tropicale de FernGully (Bill Kroyer)

1993 - Madame Doubtfire (Chris Columbus)

1993 - Being Human (Bill Forsyth)

1995 - Extravagances (Kidron)

1995 - Neuf mois aussi (Chris Columbus)

1995 - Jumanji (Joe Johnston)

1996 - The Birdcage (Mike Nichols)

1996 - Jack (Francis Ford Coppola)

1996 - L'Agent secret (Christopher Hampton)

1996 - Hamlet (Kenneth Branagh)

1997 - Flubber (Les Mayfield)

1997 - Harry dans tous ses états (Woody Allen)

1997 - Father's Day (Ivan Reitman)

1997 - Will Hunting (Gus Van Sant)

1998 - Au-delà de nos rêves (Vincent Ward)

1998 - Jakob le menteur (Peter Kassovitz)

1998 - Docteur Patch (Tom Shadyac)

1999 - Get Bruce (Kuehn)

1999 - L'Homme bicentenaire (Chris Columbus)

2001 - AI - Intelligence artificielle (Steven Spielberg)

2001 - Crève, Smoochy, crève ! (Danny DeVito)

2001 - Photo obsession (Mark Romanek)

2002 - Insomnia (Christopher Nolan)

2003 - Freedom : A History Of Us (TV) (Philip Kunhardt III)

2004 - Noel (Chazz Palminteri)

2004 - Le Prince de Greenwich Village (David Duchovny)

2004 - Final Cut (Omar Naim)

2005 - Robots (Chris Wedge)

2005 - Camping car (Barry Sonnenfeld)

2005 - Happy Feet (George Miller)

2006 - La nuit au musée (Shawn Levy)

2007 - Permis de mariage (Ken Kwapis)

2007 - August Rush (Kirsten Sheridan)

2008 - La Nuit au musée 2 5Shawn Levy)

2011 - Happy Feet 2 (George Miller)

2012 - Un Grand Mariage (Justin Zackham)

2013 - Le Majordome (Lee Daniels)

2013 - The Face of Love (Arie Posin)

2014 - La nuit au musée 3 (Levy)

2016 - Boulevard (Montiel)
Tous nos contenus sur "Robin Williams"