17 novembre 2018

Vincent Lindon

Vincent Lindon
Nationalité : FrançaisMétier : Acteur, RéalisateurDernier film : En GuerreCrédits photographiques : Diaphana Distribution


Vincent Lindon a vu le jour le 15 juillet 1959 dans le milieu littéraire (son père est l'éditeur Jérôme Lindon, fondateur des Éditions de Minuit). Après une adolescence cinéphilique, il s'installe, en 1979, à New York, où il travaille pendant plusieurs mois comme musicien, tout en suivant des études universitaires à New York et Boston.

En 1981, c'est le retour en France, où il décroche un job plutôt sympa : régisseur des tournées de Coluche. Après un court passage à la rédaction du journal "Le Matin", c'est en 1983, avec le film de Paul Boujenah "Le faucon", que Vincent Lindon apparaît à l'écran de façon conséquente (si l'on excepte une figuration dans Salut j'arrive en 1982). Bilingue, il apparaît également dans des coproductions étrangères comme "The Ebony Tower", de Bob Knight, ainsi que dans une poignée de téléfilms ("L'Île de la jeune fille bleue", "Saute ma puce", "Une vie comme je veux").

Après avoir incarné un flic dans "37°2 le matin" et un séducteur délétère dans "Escort girl" (où il donne la réplique à la belle Sigourney Weaver), 1987 marque le début de la reconnaissance pour Vincent Lindon, dont les rôles dans "Quelques jours avec moi" (un homme dont la jalousie l'entraînera au meurtre) ou "Un homme amoureux" prennent en consistance. C'est finalement en tombant amoureux de "L'étudiante", aux côtés de Sophie Marceau, qu'il devient tête d'affiche. On le retrouvera en zonard méridional dans "Gaspard et Robinson", et surtout en jeune cadre stressé chronique dans "La crise", de Coline Serreau.

C'est ce dernier film qui l'impose définitivement comme une star du cinéma français, et Lindon enchaîne dès lors les tournage, retrouvant une première Coline Serreau en 1995 pour "La belle verte" et devenant entre-temps membre à part entière de la famille Lelouch, trouvant dans "Tout ça... pour ça !" un rôle complètement à sa mesure, lunaire, décalé et forcément comique. Il est tout autant irrésistible en amoureux transi, et indécis, de trois filles à la fois dans "L'irrésolu".

Changement de cap avec "Le jour du chien", de Ricky Tognazzi, où, déjà, il est un homme d'affaires en proie aux tourments et à la mafia, et" Les victimes", de Patrick Grandperret, pour lesquels il aborde un registre plus dramatique, registre qu'il continue d'explorer sous la houlette de Pierre Jolivet dans "Fred", bedaine et rouflaquettes de routier en plus, pris dans un engrenage de violence qui le dépasse.

Mari d'une femme en quête d'orgasme dans le psychanalytique "Le septième ciel", tourné en compagnie de son épouse Sandrine Kiberlain, compagnon d'armes et photographe d'infortune de son vieux pote Patrick Timsit dans "Paparazzi", Lindon retrouve Benoît Jacquot par deux fois, d'abord en incarnant un pathétique travesti dans "L'école de la chair," puis en donnant la réplique à Fabrice Luchini dans "Pas de scandale". Gros succès populaire à nouveau avec "Ma petite entreprise", où il retrouve Pierre Jolivet qui lui fait endosser un rôle de chef d'entreprise devant faire face à une escroquerie à l'assurance.

 "Mercredi, folle journée !" marquait sa rencontre avec Pascal Thomas et ses retrouvailles avec la comédie de haute volée, dont il est un interprète privilégié. Pour ce film tourné à Nantes, Lindon incarnait un père de famille divorcé, féru de jeu et obligé de composer avec sa fille, dont il a la garde en ce mercredi fort agité. Et des relations très houleuses qu'il entretenait avec Catherine Frot, son ex-femme dans "Mercredi", Vincent Lindon n'en garde que l'écume pour "Chaos", où le tandem refait couple commun.

Le comédien, toujours fidèle en amitié, retrouve ainsi Coline Serreau, avec laquelle il avait déjà tourné à deux reprises. Avant de dire également oui une troisième fois (on vous dit qu'il est fidèle !) à Pierre Jolivet, qui le dirige en 2002 dans "Le Frère du Guerrier", où il est ledit guerrier, mercenaire du XIIIème siècle qui va tout faire pour retrouver un livre de recettes de guérison. Par contre, c'est une première pour Claire Denis, qui lui propose de donner la réplique à Valérie Lemercier dans "Vendredi soir".

Suivront "Filles Uniques", comédie pétillante où il joue, encore une fois pour la caméra de Pierre Jolivet, le mari d'une juge incarnée par Sandrine Kiberlain, puis la comédie de mœurs, "Le Coût de la Vie", où Philippe Le Guay étudiait divers comportements face à l'argent. Après une participation au film de Laurent Baffie , "Les Clefs de Bagnole", le voici ensuite dans les bras de Cécile de France, pour former, dans "La confiance règne", un couple de beaufs hallucinants qui escroquent les riches familles en se mettant à leur service, sous l'œil amusé d'Etienne Chatiliez.

Ont suivi "La Moustache" d'Emmanuel Carrère, "Selon Charlie" de Nicole Garcia, et tant d'autres ainsi que "Pour Elle" et "Mademoiselle Chambon". En mars 2010, on l'a vu dans "La Permission de Minuit" et Vincent Lindon a poursuivi une démarche exigeante avec "Pater", puis a retrouvé Philippe Lioret pour "Toutes nos envies" qui est sorti en novembre 2011 sur les écrans.

Lindon a poursuit son exigeant parcours avec "Quelques Heures de Printemps", "Augustine" d'Alice Winocour, "Les Salauds" de Claire Denis et de Fred Cayavé, "Mea Culpa", sorti en février 2014. Le 01 avril dernier, il était devant la caméra de Benoît Jacquot pour "Le journal d'une femme de chambre". Après "La Loi du Marché" de Stéphane Brizé, "Les Chevaliers Blancs" de Joachim Lafosse, et "Rodin" sous la direction de Jacques Doillon, Vincent Lindon est "En Guerre" depuis le 16 mai dernier.



(Sources consultées : dossier de presse du film).

Filmographie :1983 - Le Faucon (Paul Boujenah)

1984 - L'Addition (Denis Amar)

1984 - L'Ile de la jeune fille bleue (TV) (Patrick Jamain)

1984 - Notre Histoire (Bertrand Blier)

1984 - The Ebony Tower (TV) (Robert Knights)

1985 - 37°2 le matin (Jean-Jacques Beineix)

1985 - Parole de Flic (José Pinheiro)

1985 - Une vie comme je veux (TV) (Jean-Jacques Goron)

1986 - Escort Girl (Bob Swaim)

1986 - Prunelles Blues (Jacques Otmezguine)

1986 - Suivez mon regard (Jean Curtelin)

1986 - Un Homme Amoureux (Diane Kurys)

1986 - Yiddish Connection (Paul Boujenah)

1987 - Dernier Eté à Tanger (Alexandre Arcady)

1988 - L'Etudiante (Claude Pinoteau)

1988 - Quelques jours avec moi (Claude Sautet)

1990 - Gaspard et Robinson (Tony Gatlif)

1990 - Il y a des jours... et des lunes (Claude Lelouch)

1990 - La Baule-les-Pins (Diane Kurys)

1990 - Netchaïev est de retour (Jacques Deray)

1991 - La Cabine (Patrick Rufo)

1992 - La Belle Histoire (Claude Lelouch)

1992 - La Crise (Coline Serreau)

1992 - Tout ça... pour ça ! (Claude Lelouch)

1993 - L'Irrésolu (Jean-Pierre Ronssin)

1995 - La Haine (Mathieu Kassovitz)

1996 - La Belle Verte (Coline Serreau)

1996 - Le Jour du Chien (Ricky Tognazzi)

1996 - Les Victimes (Patrick Grandperret)

1997 - Fred (Pierre Jolivet)

1997 - Le Septième Ciel (Benoît Jacquot)

1997 - Paparazzi (Alain Berbérian)

1998 - Belle Maman (Gabriel Aghion)

1998 - L'Ecole de la chair (Benoît Jacquot)

1998 - Pas de scandale (Benoît Jacquot)

1999 - Ma petite entreprise (Pierre Jolivet)

2000 - Mercredi, folle journée ! (Pascal Thomas)

2001 - Chaos (Coline Serreau)

2002 - Filles Uniques (Pierre Jolivet)

2002 - Le Coût de la Vie (Philippe Le Guay)

2002 - Le Frère du guerrier (Pierre Jolivet)

2002 - Vendredi soir (Claire Denis)

2003 - La confiance règne (Etienne Chatiliez)

2003 - Les clefs de bagnole (Laurent Baffie)

2004 - La moustache (Emmanuel Carrère)

2005 - L'Avion (Cédric Kahn)

2005 - Selon Charlie (Nicole Garcia)

2006 - Je crois que je l'aime (Pierre Jolivet)

2007 - Ceux qui restent (Anne Le Ny)

2007 - Mes amis, mes amours (Lorraine Levy)

2008 - Chasseurs de dragons (Guillaume Ivernel)

2008 - Mademoiselle Chambon (Stéphane Brizé )

2008 - Pour Elle (Fred Cavayé)

2009 - Welcome (Philippe Lioret)

2010 - La Permission de Minuit (Delphine Gleize)

2010 - Toutes Nos Envies (Philippe Lioret)

2011 - L'Aviseur (Julien Leclercq)

2011 - Pater (Alain Cavalier)

2012 - Quelques Heures de Printemps (Stéphane Brizé)

2012 - Augustine (Alice Winocour)

2013 - Mea Culpa (Fred Cavayé)

2014 - Les Salauds (Claire Denis)

2014 - Le journal d'une femme de chambre (Benoît Jacquot)

2015 - La Loi du Marché (Brizé)

2016 - Les Chevaliers Blancs (Lafosse)

2017 - Rodin (Doillon)

2018 - En Guerre (Brizé)
Tous nos contenus sur "Vincent Lindon"