Amazon Prime Video

Absentia : Une traque en profondeurs obscures

Par Emmanuel Francq


Amazon prime crée la surprise en créant de bonnes séries, souvent meilleures que celles de Netflix mais avec quelques ratages aussi (la médiocre "Jack Ryan"). "Absentia" date de 2017, mais mérite un coup d’œil de votre part.

C'est quoi cette série ?
Emily Byrne a disparu pendant 6 années durant lesquelles la policière du FBI a été séquestrée par un mystérieux tueur en série. Libérée, elle tente de se reconstruire mais tout a changé. Quand la police retrouve de nombreux cadavres, les soupçons se portent sur Emily qui s’enfuit.

Saison 1 - 10 épisodes - Avec Stana Katic, Patrick Heusinger, Neil Jackson


On a parfois de bêtes a priori et il faut les dépasser. Retrouver la très « pommadée » Stana Katic (qui se souvient d'elle dans "Quantum of Solace" par exemple ? On retiendra plutôt "L'Exorcisme d'Hannah Grace"...) de la série "Castle" avec le pénible Nathan Fillion, n’avait pas de quoi nous réjouir. Un titre de série lorgnant du côté des premiers films de Christopher Nolan ("Memento", "Insomnia"), une histoire de tueur en série et de FBI, on se demande ce qu’il y a de neuf dans ce déjà vu, d’autant que les nouvelles séries "FBI" de Dick Wolf exploitent actuellement le filon.

Si on aurait pu s’attendre à un pensum lourdingue du genre « je ne reconnais plus personne et je cherche mon identité », "Absentia" a la bonne idée d’éviter les poncifs et de très vite mettre en danger la soi-disant victime. Emily n’a pas le temps de s’apitoyer sur son sort et doit quitter ses états d’âme. Quand sa mémoire la conduit dans un parc où elle retrouve des cadavres, ses collègues la croient coupable des meurtres d’un tueur en série recherché depuis des années. Commence alors une traque impitoyable.

amazon-absentia1
Patrick Heusinger et Stana Katic - Copyrights AXN
Quand on regarde "Absentia", on pense évidemment au film "Le Fugitif" (1993) avec Harrison Ford, tiré de la série des années 60, et au film "Double Jeu" (1999), avec Ashley Judd, sans oublier "Seven" de David Fincher pour ses images froides, son ambiance glauque et poisseuse. La série nous emmène dans les profondeurs obscures de son « héroïne » déboussolée mais lucide et résiliente. Emily découvre qu’un scientifique chinois a mené des expériences odieuses sur des enfants élevés en orphelinat (là, on pense aussi à "Dark Angel", la série de James Cameron, c'était en 2001). Ce scientifique détient la clé de son passé mais encore cette piste va la mener vers l’identité du tueur en série.

Bien écrite, menée et filmée sans temps morts, "Absentia" confirme la présence physique et le talent de Stana Katic. On revoit complètement notre jugement tant elle a du charisme et reste belle, même avec le look d’une clocharde. La comédienne canadienne, d’origine serbe, parvient à rendre son personnage attachant et subtil, tout en assurant comme femme d’action. On sent qu’elle s’est impliquée à fond dans ce rôle devant et derrière la caméra puisqu’elle est aussi une des productrices exécutives. "Absentia" a encore la bonne idée de sortir tous les personnages de leur zone de confort en les malmenant sans ménagement, y compris le gamin d’Emily. Même si on ne les aime pas tous, on a peur pour eux. Enfin, la série évite d’aligner des pistes prévisibles, difficile de découvrir qui est le tueur en série jusqu’à la fin tant elle joue avec habileté la carte de l’ambiguïté.

A l’heure d’écrire ces lignes, nous n’avons vu que la saison 1 en « binge viewing » tellement chaque épisode maintient un suspens tel qu’on ne peut s’arrêter. Elle se clôture avec la révélation des motifs et de l’identité du tueur en série, sans tirer en longueur. On va donc se ruer sur la saison 2 qui proposée par Altice Studio, espérons-le, proposera une nouvelle histoire aussi palpitante, centrée sur une attaque terroriste à Boston (également disponible sur Amazon Prime), dans l’attente d’une saison 3 annoncée. Notons enfin que la saison 1 est également disponible à la vente, pour qui souhaite la conserver.

ça peut vous interesser

Qui a tué Sara : Suspense haletant à la sauce mexicaine

Rédaction

Dans leur regard : Justice aveugle encore

Rédaction

Sound of Metal : Le son de la perte et du changement

Rédaction