16 juillet 2020
Amazon Prime Video

Guns Akimbo : Game over

Par François Bour


Alors que la saga Harry Potter passe régulièrement à la télévision ou dans les catalogues SVOD, Daniel Radcliffe, le plus connu des jeunes sorciers, revient à l’écran dans "Guns Akimbo". Cette production originale d’Amazon Prime Vidéo permet de prendre quelques nouvelles de l’acteur de bientôt 31 ans dans un rôle à l’image de sa carrière post-Potter : Emprunt d’auto dérision.


Il faut commencer par le début : Dans Guns Akimbo, Daniel Radcliffe est un jeune de la génération Y. Un Gamer passant le plus clair de son temps devant un écran. Après avoir faits des commentaires négatifs sur une émission web hyper violente, il est enlevé et entrainé de force à participer à cette émission. Pour cela, des « guns » sont vissées à ses mains et il va devoir gagner la partie pour les retirer. Le but du jeu ? Survivre dans ce qui est un match à mort, sorte de « Call of Duty Warzone » dans le monde réel et devant des spectateurs qui suivent ça en « live stream ». Vous êtes perdu ? Si c’est le cas, il est raisonnable de penser, à ce stade, que ce long-métrage n’est pas pour vous.

amazon-guns-akimbo1
Daniel Radcliffe - Copyright Amazon
D’ailleurs, quel est l’intérêt de "Guns Akimbo" ? Voir Daniel Radcliffe en caleçon (et peignoir). Si si…c’est d’ailleurs par une photo de l’acteur dans cette tenue que le film a commencé à faire parler de lui. Sinon, il galère aussi pour ouvrir une porte, pour s’habiller (avec deux pistolets toujours boulonnées aux mains), et accessoirement pour survivre. Puisque c’est une comédie d’action, autant évoquer ce film avec « légèreté ».

Avec son ambiance « WTF », son scénario inscrit dans l’univers des jeux vidéos et ses personnages caricaturaux, le sérieux ne fait pas vraiment partie de l’état d’esprit recommandé pour apprécier le film. Un long métrage qui est un nouvel exemple type des premiers nés dans les productions originales des plateformes. Une proposition cinématographique au scénario peu élaboré, une réalisation moyenne mais une tête d’affiche suffisamment connue pour attirer les curieux.

Daniel Radcliffe, puisque c’est lui qui porte le film, est un acteur non dépourvu d’humour, amateur d’autodérision et de personnages plus « looser » que « killer ». Le britannique évolue donc ici dans un registre qu’il semble affectionner, rendant sa prestation crédible. Il faut néanmoins reconnaître que c’est un argument bien trop faible pour donner à "Guns Akimbo" un label de qualité. Une comédie d’action a beau se revendiquer « déjantée », sa qualité passe par quelques éléments clés, son récit, par exemple. Or dans "Guns Akimbo" il se limite à un « looser » poursuivi par une fille "badass" qui veut lui faire la peau. Autre exemple d’élément clé négligé, ses personnages. Outre le personnage principal, le nombre de personnage secondaires ayant plus de trois lignes de dialogue se compte sur les doigts d’une main. Et leurs lignes ne font pas plus de deux pages. Tout semble fait pour que seul Daniel Radcliffe occupe l’espace et masque, autant que possible, les faiblesses du long métrage.

Le visage (et la tenue…) de Daniel Radcliffe est l’argument du film. "Guns Akimbo" = Daniel Radcliffe. C’est comme cela qu’il majoritairement présenté et promu. C’est donc un film à destination de son public dans l’espoir que celui ci sera satisfait. De toute façon, il n’y a aucune autre satisfaction à espérer.

ça peut vous interesser

The Banker : Le classicisme chez Apple

Rédaction

Dark Waters : Le film à Oscars sans Oscars

Rédaction

Bad Boys 3 : L’heure de la retraite a sonné

Rédaction