Amazon Prime Video

The Tender Bar : Merveilleusement fleur bleue

Par Clara Lainé

Dans le film "The Tender Bar", J.R., un garçon sans père, passe des heures au sein du bar tenu par son oncle Charlie. Ce dernier est un homme excentrique, déjanté et haut en couleurs. Il représente la seule figure paternelle de son entourage. Alors que la mère du garçon fait tout pour qu’il puisse accéder à des opportunités dont elle n'a jamais pu bénéficier (et ainsi quitter la maison délabrée de son propre père qui la soutient malgré lui), J.R. décide de poursuivre ses rêves personnels et professionnels avec courage et maladresse. Le tout en gardant toujours un pied dans le bar de son oncle Charlie.

George Clooney offre à Amazon Prime Video, avec "The Tender Bar", un feel-good movie magistral ! Cette adaptation des mémoires de J.R. Moehringer a le mérite de provoquer autant de sourires que de yeux humides. C’est ce cocktail d’émotions qui en fait sa saveur. Pour autant, ne vous méprenez pas ! On est bien loin d’avoir affaire à une succession de rebondissements ou de dramas. Le scénario n’est pas haletant ni même original. C’est justement cette banalité qui fait tout le charme du film.

Hymne à la vraie vie

L’espace d’une heure quarante-cinq, George Clooney nous propose la vie, la vraie avec "The Tender Bar". Celle d’un petit garçon en mal d’identité qui devient peu à peu un jeune homme. Mais il est perdu au sein d’une destinée à laquelle il peine à donner des contours. Dans cette quête de sens, il peut compter sur son Oncle Charlie. Celui-ci fait office de figure paternelle derrière laquelle il a toujours couru. Le lien qui se tisse peu à peu entre eux m’a touché en plein cœur.

Il faut dire que le duo d’acteurs Daniel Ranieri (J.R. enfant) et Ben Affleck (Oncle Charlie) est une réussite sur tous les plans. Impossible de ne pas se laisser saisir par l’authenticité de ce petit garçon qui passe son temps à vouloir rendre sa mère heureuse. Mais aussi à espérer la venue d’un père qui ne s’est jamais occupé de lui. Impossible non plus de ne pas succomber au caractère atypique de cet oncle qui s’emploie à doter son neveu de toutes les armes nécessaires à la création d’une existence qui le comble. Impossible enfin de ne pas être captivée par l’alchimie qui existe entre les deux !

Quelle famille !

L’ambiance qui règne dans la maison familiale contribue à créer un effet « feel-good movie » sur le spectateur. Entre un grand-père à moitié fou, une mère perpétuellement triste (qui a un peu trop tendance à prendre son fils pour son psy) et un oncle propriétaire d’un bar qui ne lâche jamais ses clopes, on aurait pu s’attendre à une atmosphère morose. Or, il n’en est rien. Cela crie. Cela pleure. Cela se dispute. Surtout, ils s'aiment !

L’ellipse temporelle qui nous oblige à abandonner le merveilleux Daniel Ranieri est un poil brutal. On finit au fond par se consoler et à consentir à s’attacher à Tye Sheridan, l’interprète de J.R. Moehringer adulte. On assiste à la concrétisation de certaines de ses ambitions, à la décadence d'’autres. Surtout, on le voit s’enticher d’une dénommée Sydney qui le prend et le jette selon son bon vouloir. Interprétée par Briana Middleton, la jeune femme est aussi insupportable que Tye Sheridan est attendrissant dans son incapacité à s’extraire de cette relation sans issue.

Un père absent ?

Toutefois, le cœur du film "The Tender Bar" reste la relation (ou plutôt la non-relation) entre le protagoniste et son père (incarné par George Clooney lui-même). Parce que ce géniteur, alcoolique et violent, est omniprésent en sous-texte tout au long du film. Mais, il n’est finalement visible que dans de rares séquences. L’intensité de ces dernières permet de rythmer le récit et, surtout, pour reprendre les mots de George Clooney lui-même dans leur ultime altercation, cela offre à J.R. la présence d’« un grand méchant dans sa vie » et donc, immanquablement, à l’histoire qui défile sous nos yeux.

Pour conclure, "The Tender Bar" est un long-métrage qui a su me conquérir. Blottissez-vous sous un plaid, prenez une tisane et appuyez sur Play : lorsque le générique défilera, vous me remercierez de vous avoir orienté vers ce shot d’amour et de tendresse.

ça peut vous interesser

I Love America : Comédie tarte à la crème

Rédaction

Un autre monde : Le capitalisme n’épargne personne

Rédaction

Le Dernier Duel : Gagnez vos bluray !

Rédaction