Bandes annonces

La Vérité avec Catherine Deneuve et Juliette Binoche

Après la Palme d'Or pour "Une Affaire de Famille", le réalisateur Hirokazu Kore-Eda annonce son retour au début de l'année 2020 par une bande annonce de son nouveau film intitulé "La Vérité".

Catherine Deneuve, Juliette Binoche et Ethan Hawke sont à l'affiche de ce nouveau long métrage. Un film qui vient de faire l'ouverture de La Mostra, le festival cinéma de Venise.



Synopsis : Fabienne, icône du cinéma, est la mère de Lumir, scénariste à New York. La publication des mémoires de cette grande actrice incite Lumir et sa famille à revenir dans la maison de son enfance. Mais les retrouvailles vont vite tourner à la confrontation : vérités cachées, rancunes inavouées, amours impossibles se révèlent sous le regard médusé des hommes. Fabienne est en plein tournage d’un film de science-fiction où elle incarne la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Réalité et fiction se confondent obligeant mère et fille à se retrouver...

A propos de Catherine Deneuve :

Catherine Deneuve, de son vrai nom Catherine Dorléac, est née le 22 octobre 1943. Son père, Maurice Dorléac, s'était déjà fait un nom au théâtre et sa mère, née Deneuve, était également comédienne.

Sa sœur, Françoise Dorléac, décédée tragiquement en 1967, était son aînée de dix-huit mois. la jeune Catherine débute à l'écran à l'âge de 13 ans, lancée par Roger Vadim, pygmalion des stars féminines.

Mais c'est grâce à Jacques Demy que Catherine Deneuve, jolie blonde dans la lignée des Dany Saval et Mireille Darc de l'époque, connaît la renommée. La Palme d'or à Cannes pour "Les parapluies de Cherbourg" n'y est évidemment pas pour rien, tout comme le succès rencontré par la film dans le monde entier.

L'image de la jolie jeune fille, blonde et lisse, telle qu'elle apparaît dans "Les parapluies de Cherbourg", n'a pas fini de hanter la comédienne, malgré un désir de sa part, dès le début, de jouer en des eaux plus troubles : l'exemple le plus frappant étant évidemment sa composition de schizophrène frigide dans le londonien "Répulsion", signé Roman Polanski.

Plus tard, Luis Buñuel continuera à explorer les sombres dessous de la beauté féminine, telle qu'elle en est l'archétype. Dans "Belle de jour", il en fait une jeune femme de bonne famille aux fantasmes inavouables, qui s'adonne à la prostitution par pur désir. "Tristana" la plonge bientôt dans l'Espagne aristocratique où, jeune pupille, elle se livre sans détour à son tuteur puis se retrouve amputée d'une jambe.

Ces années seront, cinématographiquement parlant, les plus belles de la comédienne, qui suscite le désir des plus grands cinéastes, et provoque les rencontres les plus magiques, dont bientôt Jacques Demy à nouveau, qui lui confie le rôle-titre de "Peau d'âne".

Lire la suite...


- Au cinéma le 22 Janvier 2020 - 

ça peut vous interesser

L’adieu à la nuit : d’une vie à une autre

Rédaction

Cédric Kahn : « J’étais impressionné par Catherine Deneuve »

Rédaction

Denzel Washington aime la police

Rédaction