Classics

A mort l’arbitre : Serrault est foot !

Par Jérémy Joly

ESC Éditions propose pour la première fois en Blu-ray le film « A mort l'arbitre ». C'est l'occasion de revenir sur l'un des meilleurs longs-métrages de la riche filmographie de Jean-Pierre Mocky. Sa carrière s'étend du début des années 60 jusqu'en 2017 avec plus de 60 films. Son cinéma explore tous les registres possibles, mais toujours avec un humour grinçant à la Hitchcock et un regard satyrique sur notre monde.

« A mort l'arbitre » nous plonge dans l'univers du football et plus précisément celui de ses supporters. L'arbitre, qui a sifflé un penalty qui entraîne la défaite d'une équipe locale, se retrouve pourchassé par une bande de fanatiques. Commence alors une nuit d'horreur avec une chasse à l'homme terrifiante...

Adaptation d'un roman

Jean-Pierre Mocky adapte le roman policier publié en 1972, « The Death Penalty » écrit par Alfred Draper. Ce dernier a commencé une carrière en tant que journaliste. Il travaillait pour plusieurs journaux célèbres ainsi qu'à la BBC en tant que chroniqueur judiciaire. Son premier roman, « Swansong for a Rare Bird », est un plaidoyer pour l'abolition de la peine de mort au Royaume-Uni. Pour le deuxième, Draper s'inspire d'un fait divers qui a eu lieu lors d'un match Glasgow-Manchester, où des supporters ont crevé les yeux d'un arbitre. Le roman dénonce également le racisme qui était présent dans la société anglaise à cette époque, une dimension qui n'a pas été gardée pour le film.

Le football au cœur d'un thriller ?

Dans les années 80, le football est un thème peu exploité dans le cinéma. En 1979, Jean-Jacques Annaud avait réalisé « Coup de tête » avec Patrick Dewaere. Cette comédie rencontre un succès mitigé. Quant à Jean-Pierre Mocky, il place le football au centre d'une tragédie qui glisse doucement vers le thriller. Pour cela il créé une ambiance cauchemardesque dans son film. Il peut compter sur le prestigieux Edmond Richard pour avoir une photographie très sombre. Alain Chamfort compose une bande originale parfois enjouée et à d'autres moments plus glaçante. Certaines images restent dans les mémoires comme celle où Michel Serrault déverse sa haine avec une hache à la main. Ou encore celle où il parvient à faire un trou dans une porte blindée et passe son visage à travers comme Jack Nicholson dans « Shining ».

A-mort-larbitre2
Laurent Mallet, Michel Serrault, Jean-Pierre Mocky, Eddy Mitchell et Dominique Zardi sur le tournage du film "A mort l'arbitre".
Un casting extraordinaire

Comme le souligne l'inspecteur Granowski joué par Jean-Pierre Mocky : « C'est con une foule, ça suit le plus dingue et il y en a toujours un de dingue ». Le dingue en question dans ce film, c'est Rico interprété par Michel Serrault. Ce personnage est un pauvre type qui se rend dans un match de football afin d'expulser toute la colère qu'il a accumulée toute la semaine à son travail. Michel Serrault nous offre une interprétation magistrale avec ce rôle peu habituel dans sa carrière. Il est à la fois effrayant, détestable et pathétique.

Eddy Mitchell, alors célèbre en tant que chanteur, n'avait jusqu'ici tourné que dans quelques films dont « Coup de torchon » de Bertrand Tavernier. Il fait partie de ces rares chanteurs qui ont réussi à prouver leur talent au cinéma. Enfin, Jean-Pierre Mocky s'entoure de véritables « gueules » comme on n'en voit plus dans cinéma comme Claude Brosset, Jean Abeillé, Antoine Mayor ou Dominique Zardi.

De la fiction à la réalité

A sa sortie, « A mort l'arbitre » n'attire qu'un peu plus de 350 000 spectateurs dans les salles. De plus, tout comme une bonne partie de ses films ayant un message dénonciateur, Jean-Pierre Mocky se retrouve face à quelques mécontentements. La Fédération française de Football clame que le long-métrage donne une image complètement farfelue de ce qui se passe réellement dans les stades. Pour elle, il n'y a aucune violence lors des matchs ni d'arbitres agressés. Or, l'année suivante a lieu le drame du Heysel, une catastrophe qui a fait 39 morts et 400 blessés. Depuis, plusieurs tragédies dans le monde du football ont fait les titres de la presse. Avec le temps, le film a été réévalué et a gagné le rang de culte dans le cinéma.

Tous nos contenus sur "A mort l'arbitre" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

Champagne ! : Un goût de déjà bu

Rédaction

C’est magnifique ! : Un conte moderne

Rédaction

Hommes au bord de la crise de nerfs : Drôle de thérapie

Rédaction