20 janvier 2022
Classics

Chisum : Un western, un vrai !

Par Christophe Dordain

"Chisum", le film, se déroule au Nouveau-Mexique en 1878. John Chisum est propriétaire d'un vaste territoire où il élève du bétail, secondé par son vieil ami James Pepper. Un financier véreux, Lawrence Murphy, qui a déjà la mainmise sur la petite ville toute proche, voudrait s'approprier ce domaine. Il est aidé d'hommes de mains et de shérifs soudoyés. Mais Chisum sait se défendre, d'autant mieux qu'il est secouru par un voisin, Henry Tunstall, ainsi que par deux jeunes gens, Pat Garrett et Billy the Kid.


Retour à l'essentiel

Un western ! Un vrai ! Presque anachronique lors de sa sortie au cinéma en 1970. Tant le film tend à idéaliser un certain esprit pionnier et à décrire le Far West selon les règles habituelles, celles qu'attend tout amateur du genre qui se respecte. Pourquoi anachronique ? Car, au début de la décennie 70, les westerns que découvrent le grand public sont "Little Big Man" de Robert Atman, "Soldat Bleu" de Ralph Nelson, "La Horde Sauvage" de Sam Peckinpah et "John McCabe" pour ne citer que ces quelques exemples. Tous ont un commun une volonté affichée, pour ne pas dire forcenée, de dépoussiérer le genre avec une approche bien plus réaliste de l'Ouest américain et de ses icônes. Avec "Chisum", rien de tout cela. Retour aux fondamentaux !

"Chisum" est un véritable florilège des thèmes les plus divers qui ont forgé l'identité du western. Des indiens opprimés dans leurs réserves. La guerre de longue durée entre des éleveurs. Des politiciens plus ou mois véreux. Des chasseurs de primes. Des bagarres monumentales (dont l'affrontement final). Des fusillades dans la plus grande tradition du genre. Ainsi, rien ne manque au rendez-vous de ce western fignolé avec soin par Andrew V. McLaglen (déjà à la caméra pour "Les Géants de l'Ouest" et "Bandolero" par exemple). Parce que le cinéaste continuait alors à s'inscrire dans la droite lignée de ses vénérables ancêtres tels que John Ford et Howard Hawks. Enthousiasme et sens du mouvement dominent la mise en scène de "Chisum". La bataille finale est à ce titre un très grand moment de bravoure.

chisum-film-2
Copyright : Warner Bros.
Casting de luxe

Un mot sur la distribution artistique. Bien sur, John Wayne ! La figure monolithique, ou presque, symbole d'une certaine idée de l'Amérique et aussi de la justice. Quelle fière allure quand, sur son cheval, cigare en bouche, il contemple son domaine le soir venu. Seulement, il ne faudrait pas oublier de citer quelques uns de ses complices dans cette belle aventure westernienne qu'est "Chisum". Citons pêle-mêle Christophe George (futur héros de la série "L'Immortel" et que Wayne retrouvera pour "Les Voleurs de Train"); Ben Johnson (l'ami fidèle avec lequel Wayne tourna dans 7 autres westerns); Lynda Day (future Mme George et, plus tard, à l'affiche de la série "Mission : Impossible").

Bref, avec "Chisum", le spectateur profite d'une heureuse combinaison d'éléments réunis qui permettent de savourer un vrai bon western à l'instar des films de guerre réalisés pendant la décennie 60. En l'occurrence, on ne se pose pas de question inutiles et priorité est donnée à un spectacle réjouissant. Toutefois, et pour conclure, on soulignera la qualité du scénario qui s'appuie sur des événements véridiques (John Chisum a réellement vécu au XIXème siècle et c'était le plus gros éleveur de bétail de l'époque). Ces derniers donnent au film un véritable poids à l'intrigue. Nul ne s'en plaindra.

ça peut vous interesser

Chuka le redoutable avec Rod Taylor

Rédaction

La Une est à Vous : Le podcast

Rédaction

The New Avengers : Guide des épisodes

Rédaction