27 janvier 2021
Classics

Jeux de Guerre : IRA, danger immédiat

Par Yann Vichery

Jack Ryan, que l'on retrouve dans "Jeux de Guerre" (proposé sur la plate-forme Netflix), est le héros inventé par l’écrivain Tom Clancy, dès 1984, qui l’a fait courir dans 18 de ses romans, et dont la première apparition au cinéma remonte à 1990 dans la très bonne adaptation signée John  MacTiernan (le réalisateur de "Piège de Cristal") : "A la poursuite d’Octobre Rouge". Le héros y aidait un commandant de sous marin Russe (le regretté Sean Connery) à passer à l’Ouest lors d’une palpitante course dans l’océan Atlantique Nord. Jack Ryan y était interprété par Alec Baldwin (plutôt à l'aise et convainquant dans ce rôle).

Dès ce premier roman et par la suite, Tom Clancy s’est focalisé sur sa passion pour le techno-thriller et le monde assez fermé de l’armement, de la technologie militaire et des guerres secrètes entre agences gouvernementales (CIA) et trafiquants ou dictateurs du monde. Ses romans sont d’ailleurs extrêmement bien documentés et lire "Octobre Rouge", par exemple, c’est approcher les modes de constructions et de défense des sous-marins et comprendre tout un tas de termes de sous-mariniers utilisés lors des manoeuvres en haute mer. Dans le cas particulier de "Jeux de Guerre", Jack Ryan passe un séjour à Londres avec sa femme et sa fille. Témoin d'un attentat perpétré par des extrémistes irlandais contre un cousin de la Reine, il intervient pour sauver la vie de ce dernier, abat un assaillant et capture son frère, Sean Miller. Rapidement libéré par les siens, Miller cherche à se venger…

2 ans après le premier opus, Harrison Ford (plus bankable peut-être que Baldwin) reprenait le rôle de Jack Ryan dans "Jeux de Guerre" (le roman se passe d’ailleurs en amont de "A la poursuite d'Octobre Rouge"). Contrairement à "A la poursuite d'Octobre Rouge" qui louchait du côté des relents de guerre froide entre blocs Russe et Américain, "Jeux de Guerre" est plus orienté vers les actions terroristes d’une branche de l’IRA. Ici, Ryan se met directement en danger puisqu’il est (ainsi que sa famille) victime de la vengeance d’un terroriste qui a échoué à tuer un membre de la famille royale tout en y perdant son frère. Il faut dire que Harrison Ford assure parfaitement le job pour faire oublier Alec Baldwin et le film est sans temps morts. Sean Bean assure le côté méchant terroriste du film et les apparitions de Richard Harris et de James Fox donnent un prestige au film.

jeux-de-guerre-film-2
Comme dans tous les romans de Tom Clancy, il y a des détails et explications techniques qui jouent un rôle important dans l'intrigue. Ici c'est l’utilisation des satellites afin de surveiller l'entraînement des terroristes dans un camps libyen, et "Jeux de Guerre" décrit l'intervention de soldats contre un camp, tout étant montré en direct et infra-rouge. Cette technique a été utilisée dès la guerre du Golfe dont les premières images de bombardements passaient en boucle dans les JT de l’époque. Clancy s’étant toujours intéressé et renseigné auprès des agences de sécurité nationales afin de coller au plus prés de la réalité historique.

Philip Noyce assure avec "Jeux de Guerre" la réalisation d’un honnête film d’action (bagarres, poursuites à l’appui). Cependant, le suspense est bien moins soutenu et passionnant que l’opus précédent qui jouait avec beaucoup de talent (c’est quand même John MacTiernan) sur l’enfermement et la claustrophobie des lieux. D’ou la sensation que seul "Octobre Rouge" soit demeuré dans les mémoires des cinéphiles puisque, depuis 1993, année où a été réalisée cette suite, ainsi que d’autres opus qui ont suivi ("Danger Immédiat", en 1994, toujours avec Harrison Ford, "La Somme de Toutes les Peurs", en 2002" avec Ben Affleck, "The Ryan initiative", en 2013, avec Chris Pine, et la série "Jack Ryan", dès 2018), les adaptations des aventures de Jack Ryan se soient essoufflées au point de devenir banales et plus ou moins oubliables...

ça peut vous interesser

Last Action Hero : Le royaume de l’auto-dérision

Rédaction

Retour vers le futur : Nom de Zeus !

Rédaction

Les Affranchis de Martin Scorsese : Critique

Rédaction