26 novembre 2020
Classics

Le Magnifique : Bebel l’est surement !

Par Dorothée Durand

Jean-Paul Belmondo est à l’honneur sur Netflix, à partir du 1er novembre, avec de nombreux rôles dans des productions devenues cultes. C’est l’occasion de redécouvrir ou de voir une comédie déjantée aux allures de film d’espionnage : "Le Magnifique" de Philippe de Broca, sorti en 1973. Tourné au Mexique, "Le Magnifique" offre à Jean-Paul Belmondo l'opportunité d'une troisième collaboration avec le réalisateur. Ce dernier l’ayant dirigé dans "Les Tribulations d’un Chinois en Chine", "L’Homme de Rio" et "Cartouche". Le premier rôle féminin est interprété, lui, par la sublime Jacqueline Bisset.

La première séquence du "Magnifique" se déroule dans un cadre idyllique, accompagnée d’une musique entrainante. Soudain, on aperçoit un espion prisonnier dans une cabine téléphonique, jetée à la mer, et qui est dévoré par un squale. Nous découvrons ensuite Bob Saint-Clar, meilleur espion au monde (Jean Paul Belmondo), dans une mauvaise posture. Celui-ci réussit in extremis à recevoir les renseignements pour sa future mission. Il est envoyé sur place où il a rendez-vous avec Tatiana (Jacqueline Bisset), elle-même agent secret. Nos deux héros se retrouvent sur une plage paradisiaque du Mexique où ils sont attaqués par une horde d’ennemis envoyée par l’infâme Karpov (Vittorio Caprioli), chef des services secrets de la République de l’Albanie. Il est aussi l’ennemi juré de Bob Saint-Clar. Dans le plan suivant, l’écrivain François Merlin, est en fait dérangé par sa femme de ménage. Il tape à la machine à écrire les nouvelles aventures de Bob Saint-Clar, (héros auquel il donne ses traits) et qui paraitra prochainement.

"Le Magnifique" est donc une parodie des films d’espionnage, très en vogue dans les années 60 et 70, avec un clin d’œil évident au célèbre 007. Philippe de Broca y passe avec brio d’une scène à l’autre tout en développant l’imaginaire du spectateur. Jean Paul Belmondo est hilarant, en barbouze macho et beau parleur. Lui aussi passe avec succès du personnage de à Bob Saint-Clar à celui de François Merlin tel un caméléon. Il se parodie à la perfection. Avec "Le Magnifique, de Broca alterne ainsi entre comédie sociale et sentimentale et à l'ensemble s’ajoute une pointe d'exotisme bienvenue.

le-magnifique-film-2
Une des scènes mythiques du "Magnifique" est celle au cours de laquelle Jean Paul Belmondo sort de la piscine en bombant le torse. Voilà qui a certainement dû inspirer Jean Dujardin bien des années plus tard pour "OSS 117". Jacqueline Bisset (Tatiana) avec sa beauté naturelle, incarne deux rôles pourtant bien différent celui de la voisine étudiante timide et la femme fatale sûre d’elle agent secret. Le duo formé par Jacqueline Bisset et Jean-Paul Belmondo fonctionne à merveille. Ce rôle à contre-emploi et hors du temps permet à Bebel d’exprimer pleinement son talent et le tout avec beaucoup d’humour. Lors d’une interview, pendant le tournage, celui-ci déclara qu’il appréciait jouer en s’amusant. On le voit à l'écran !

Par sa direction d’acteurs, Philippe de Broca, permet à Jean-Paul Belmondo d’exprimer tout son art avec ses cascades virevoltantes, il a une forme olympique. Aussi, "Le Magnifique" demeure-t-il encore aujourd'hui un grand classique des parodies de films d’actions d’humour et d’espionnage, un va-et-vient permanent entre fantasme et réalité. Sur un scénario de Francis Véber, Philippe De Broca réussit un film populaire d’une fantaisie et d'une cocasserie réjouissantes.

ça peut vous interesser

Le Marginal : Tel est Bebel !

Rédaction

Peur sur la ville : Henri Verneuil sous influence américaine

Rédaction

L’As des As : une comédie d’aventure populaire

Rédaction