16 octobre 2021
Classics

Le survivant d’un monde parallèle : Un charme vintage

Par Yann Vichery


Récemment édité par les éditions Rimini, "Le Survivant d'un monde parallèle" a été réalisé en 1981 par David Hemming (plus connu pour sa carrière d’acteur, on parle du photographe de "Blow Up" d’Antonioni ou du pianiste des "Frissons de l’Angoisse" de Dario Argento que pour ses réalisations dont beaucoup de séries télévisées telles que "Supercopter", "Magnum" et "L'Agence Tout Risques").

Oublié depuis bien longtemps, "Le Survivant d'un monde parallèle" n'aura pas marqué le box office. Toutefois, il mérite une renaissance. Vraiment ! En effet, on se retrouve face à une bonne découverte. Certes, ce film n'est pas un chef d’oeuvre, mais il mérite intérêt. Adapté du best‑seller, "Survivant" (du britannique James Herbert), il oscille entre enquête et tournure surnaturelle.

Un savoureux mélange des genres

"Le Survivant d'un monde parallèle" démarre par le crash d’avion sur le terrain d'une grande ville. Tous les passagers meurent. Il n’y a qu’un seul survivant. Il s'agit du pilote de l'avion, Keller, qui s'en sort indemne. Malheureusement pour lui, il est désormais amnésique. Il tente de suivre de très près l'enquête. Il essaie de de comprendre ce qui s'est passé. Dans le même temps, il est contacté par une médium. Elle même est assaillie par les victimes du crash.

Il faut bien le reconnaitre : voici une histoire troublante. Elle navigue entre surnaturel et fantastique. L'intrigue débute sur une séquence de crash (bien menée pour l’époque) dont le cadre va occuper tout le reste du film. Elle fera alterner des séquences réelles (centrées sur l’enquête et les questionnements du pilote) et d’autres plus « fantastiques », mettant en scène les passagers-fantômes.

La multiplicité des ambiances donne au film "Le Survivant d'un monde parallèle" une atmosphère étrange,  oppressante et mystérieuse. Pour se donner une idée, le film fait parfois penser aux premiers oeuvres de Peter Weir ("La Dernière Vague" et "Pique-Nique à Hanging Rock") voire à la série-culte qu'est "La Quatrième Dimension".

le-survivant-d-un-monde-parallele-film-3
Jenny Argutter

Visuellement, l'ensemble est vraiment maitrisé par le réalisateur. Ce dernier nous fait alors découvrir une facette méconnue de son talent. Il est aidé en cela par une photographie que l'on doit au talent de John Seale (qui demeure encore actif après plus de 50 ans de carrière et une filmographie à faire pâlir d’envie n’importe quel chef opérateur !).

On y suit avec intérêt le questionnement sur la vérité de Keller. Le réalisateur nous met à son niveau, car nous n’en savons jamais plus que lui. L’alternance réel/irréel fonctionne. Elle réussit à nous plonger dans un climat d’angoisse tant les apparitions censées faire peur sont distillées insidieusement. Néanmoins, pas question d'en faire un film d’horreur avec d'inutiles « jump scare ». David Hemming parvient même à proposer une sorte de terreur macabre dans les scènes réelles au cours desquelles les cadavres du crash sont filmés sans filtre.

le-survivant-d-un-monde-parallele-film-6
Le Survivant d'un monde parallèle. Un film de David Hemmings avec Robert Powell, Jenny Agutter, Joseph Cotten, Angela Punch McGregor / Edité par Rimini Editions

David Hemming est aidé par un casting de qualité porté par Robert Powell (le "Jésus de Nazareth" de Franco Zeffirelli), dont l’impassibilité et le regard apportent beaucoup à l’état apathique du personnage. Citons également Jenny Agutter (l’infirmière du "Loup-garou de Londres", c’était elle).

On y découvre aussi l’immense Joseph Cotten ("Citizen Kane", "La Splendeur des Amberson", "Duel au soleil", "Le 3ème homme", etc.) dans un rôle de prêtre un peu trop sous exploité dans l’histoire. Cependant, "Le Survivant" souffre de quelques défauts dans la narration. Il est dommage que le réalisateur n’ait pas pu aller plus loin dans la conclusion. La fin semble un peu bancale. Elle aurait exigé plus de soin et de finesse.

Une version étendue

"Le Survivant d'un monde parallèle" est proposé en coffret dans sa version longue (environ 10 minutes de plus). Voilà qui prouverait, éventuellement, des difficultés à concevoir un film plus abouti. De plus, certaines séquences peuvent apparaitre faciles ou désuètes pour un spectateur de 2021. Citons pêle-mêle : les voix d’enfants, les bruits hors cadres, les personnages attirés vers ce qui leur semble mystérieux.

Tout ceci est archi-connu de nos jours. Nul ne bondirait plus de son siège aujourd'hui face à cela. Toutefois, cela dénote une envie de proposer quelque chose de différent. Une sorte de fantastique baignant dans une étrange douceur.

le-survivant-d-un-monde-parallele-film-2
Robert Powell

Il est à noter que les bonus du Bluray proposent un petit reportage détaillant, entre autres, le tournage de la scène du crash (imposante pour l’époque). On y découvre aussi une émission australienne dans laquelle interviennent Joseph Cotten (il était la star du film à l'époque) ainsi que quelques acteurs et artisans du film.

Au final, "Le Survivant d'un monde parallèle", quoique oublié aujourd'hui, est doté d'un certain charme vintage. Bien interprété, visuellement abouti, le film de David Hemming dégage une ambiance fantasmagorique et macabre à la fois. Les quelques petits défauts cités précédemment ne parviennent pas à gâcher un film que tout amateur de cinéma fantastique, privilégiant l'ambiance à l'action, se doit de visionner.

ça peut vous interesser

Le Métro de la Mort : Gagnez vos bluray !

Rédaction

Le Métro de la Mort en Bluray

Rédaction

The Shadow : L’autre Batman ?

Rédaction