19 octobre 2019
Classics

Le Tatoué avec Jean Gabin et Louis de Funès

LES CLASSIQUES DU CINEMA

LE TATOUE

(1968)

Avec Jean Gabin et Louis de Funès

Par Christophe Dordain

film-le-tatoue-2

FICHE TECHNIQUE
Réalisation : Denys de La Patellière
Scénario : D'après le roman de Alphonse Boudard "Gégène le tatoué"
Adaptation et Dialogue : Pascal Jardin
Production : Films Copernic, Films Corona et Ascot-Cineraid (Rome) - (Franco Italienne)
Chef de production : Maurice Jacquin
Directeur de production : Ralph Baum
Musique : Georges Garvarentz
Sortie le : 18 septembre 1968
Avec : Jean Gabin : le comte Enguerand; Louis de Funès : Félicien Mézeray; Dominique Davray : Suzanne Mézeray; Lyne Chardonnet : Valérie Mézeray; Henri Virlojeux : le percepteur Dubois; Hubert Deschamps : Lucien, le facteur; Pierre Tornade : le brigadier; Yves Barsacq : le postier de Montignac;

film-le-tatoue-3
SYNOPSIS

Félicien Mézeray, marchand de tableaux riche à millions, découvre, sur le dos de Legrain, un vieillard irascible et ancien légionnaire, un tatouage exécuté jadis par le peintre Modigliani. Ce tatouage vaut une fortune et Mézeray le vend à des clients américains persuadé que va le lui laisser à bon compte...

film-le-tatoue-4
LE FILM

Soyons honnête : l'intrigue du film "Le Tatoué" n'est pas mauvaise au fond. Le roman d'Alphonse Boudard ayant été adapté par Pascal Jardin pour tenir dans le format d'un film résolument grand public.

Qui plus est, et l'offre est alléchante en 1968, "Le Tatoué" promet une association explosive entre Jean Gabin (qui venait de connaître un beau succès avec "Le Soleil des Voyou" de Jean Delannoy aux côtés de Robert Stack) et Louis de Funès (devenu depuis 1964 la grande vedette au box-office national).

Gabin et de Funès, c'est déjà une histoire ancienne depuis "La Traversée de Paris" de Claude Autant-Lara, en 1956, et "Le Gentleman d'Epsom" de Gilles Grangier, en 1961. Seulement, depuis les choses ont bien changé, et si le statut de star s'applique bien évidemment pour Gabin, il en est de même pour De Funès désormais.

A l'époque de la sortie, la critique tira à boulets rouges sur le film prétextant que l'on n'avait pas misé sur le comique de situation instillé par le scénario, mais plutôt un sur un basique rapprochement commercial avec un Gabin exécutant un numéro classique de vieux bonhomme bourru face à un De Funès chargé de tous les tics, de tous les énervements maniaques qui faisaient alors son succès. On dénonçait même à l'époque, pour le premier cité, le piège de la facilité dans ce qui était le 3ème âge de sa carrière.

Oui, mais, depuis "Le Tatoué" aura connu de multiples rediffusions au petit écran et s'est alors produit une chose que les critiques de l'époque ne pouvaient pas anticiper : l'effet "Madeleine de Proust".

Ainsi, "Le Tatoué" est-il entré dans le panthéon des grandes réussites de De Funès notamment, mais aussi de Gabin. Ainsi des extraits, des dialogues sont-ils mis en ligne et commentés sur le net pour le plus grand bonheur des fans de ces deux géants du 7ème art. Voilà Mesdames et Messieurs les critiques, les bien-penseurs ! Celle-là, vous ne l'aviez pas vue venir : le jugement du public !

Enfin, "Le Tatoué", c'est aussi une leçon de bien vivre à la française, la preuve :

ça peut vous interesser

Cannon avec William Conrad

Rédaction

Cannon avec William Conrad : Guide des épisodes

Rédaction

La Folie des Grandeurs : Gérard Oury maître de l’humour

Rédaction