Classics

Le temps d’aimer et le temps de mourir

Par Christophe Dordain

 

Proposé en ce mois de mars sur TCM, voici une belle occasion de voir et/ou de revoir "Le temps d'aimer et le temps de mourir", avec John Gavin et Liselotte Pulver, film réalisé en 1957, et qui est une adaptation d'un roman d'Erich Maria Remarque que le cinéaste transforma en une reconstitution imaginaire des dernières semaines de son fils. Ce dernier, que le cinéaste avait dû laisser derrière lui après avoir fui l'Allemagne en 1937 (la première épouse de Douglas Sirk était toute acquise aux idées nationales-socialistes et avait empêché que son enfant suive son père dans sa défection), était ensuite décédé en opérations sur le front Est au Printemps 1944.

La Seconde Guerre mondiale. 1944. Stationné sur le front russe, le soldat Ernst se réjouit d'obtenir enfin une permission et de pouvoir oublier la guerre et les fusillades pendant quelques jours. Mais son village natal a été en grande partie rasé par les bombardements. Cherchant ses parents parmi les survivants, il croise Elizabeth, qu'il a connue enfant. Il tombe rapidement sous le charme de cette jeune femme amère qui attend le retour de son père.

Dans le décor sinistre d'une Allemagne au bord de la ruine finale après plusieurs années de conflit (un immense merci à l'exceptionnelle qualité de la photographie que l'on doit au chef-opérateur Russell Metty), "Le temps d'aimer et le temps de mourir" est une admirable osmose entre l'oeuvre de Remarque et la réalisation de Douglas Sirk qui décrit un amour impossible entre deux êtres qui passent de ruine en ruine, tentant désespérément de vivre un amour que l'on devine impossible. Comme le déclarait le metteur en scène : "ce qui m'a intéressé, c'est ce décor en ruines et ces deux amants. Cette histoire d'amour est inhabituelle. C'est un film qui est très proche de mes idées, particulièrement pour sa description de la brièveté du bonheur."

le-temps-de-vivre-et-le-temps-de-mourir-film-2
Erich Maria Remarque et John Gavin sur le tournage du film

Plus inattendu est le choix des comédiens pour incarner ces deux êtres unis par un amour soudain dans une capitale proche de l'apocalypse finale. John Gavin, dans le rôle du jeune premier, apparaît peut-être un peu moins consistant que Rock Hudson (un habitué des films de Douglas Sirk qui le consacra en tant que vedette internationale); Liselotte Pulver, star du cinéma allemand des années 50 et 60, donne par contre au film une caution bienvenue au regard de l'intrigue développée qui relève plus que tout du mélodrame avant d'être un classique film de guerre.

Toutefois, cette modeste réserve faite, "Le temps d'aimer et le temps de mourir" est une oeuvre qui évite le piège du discours anti-militariste trop pesant au profit d'un parcours beau et douloureux à la fois et qui en dit bien plus sur la folie de la guerre que toutes les thèses sur le sujet. Notons, pour conclure, la très belle partition musicale signée Miklos Rosza, un orfèvre en la matière.

ça peut vous interesser

Docteur Folamour de Stanley Kubrick

Rédaction

Le Flingueur avec Charles Bronson

Rédaction

Le Secret Magnifique de Douglas Sirk

Rédaction