27 janvier 2021
Classics

Les Comancheros de Michael Curtiz

Par Christophe Dordain

En 1843 à La Nouvelle Orléans, Paul Regret, joueur professionnel, tue un rival en duel. Il s'enfuit par bateau au Texas où le capitaine des Rangers Jake Cutter l'arrête. Il parvient à s'échapper mais est rattrapé par Jake Cutter. Il se rachètera en affrontant avec bravoure, à ses côtés, les « Comancheros », des Blancs qui s'allient aux Indiens pour se livrer au pillage des ranchs de la région.

Soyons francs au moment d'aborder "Les Comancheros". Bien que crédité en tant que réalisateur, Michael Curtiz, si connu pour "Casablanca", "Les Aventures de Robin des Bois" et "La charge de la brigade légère", l'homme-lige des grandes productions de la Warner Bros. et des films interprétés par Errol Flynn, était déjà bien malade au moment du tournage (ce sera son dernier film, il décèdera d'un cancer en avril 1962). Aussi, est-ce John Wayne lui-même qui réalisera plusieurs séquences du film (il venait alors d'achever "Alamo" sorti en octobre 1960), sans pour autant, à sa demande, être crédité au générique en tant que co-réalisateur.

Voilà pourquoi la découverte du film "Les Comancheros" sur TCM peut laisser l'impression d'un Michael Curtiz moins inspiré que d'habitude. En effet, le scénario s'abandonne souvent aux délices du pittoresque avec un Lee Marvin dont la capacité à ouvrir promptement une bouteille de whisky laisse pantois et un Edgar Buchanan (futur partenaire de Glenn Ford dans la série "Sam Cade") incarnant avec bonheur le juge Roy Bean en sont autant de pertinentes illustrations. Quant à John Wayne, il apporte au rôle de Jake Cutter sa puissance habituelle. Bref, il est le Duke !

les-comancheros-film-2
The Duke !

Pourtant, profitez des "Comancheros" est une nécessite pour tout cinéphile, mais aussi téléphile, qui se respecte. Tout d"abord, les séquences d'action, coordonnées par le chef-cascadeur Cliff Lyons, ont toute la vigueur nécessaire propre à un western de ce calibre. La photographie de William H. Clothier est un modèle du genre et sert un Cinémascope brillant qui met en valeur les paysages du parc national de Dead Horse, dans l'Utah, où le film fut tourné. De surcroît, le téléspectateur averti reconnaîtra au passage de nombreuses figures connues du western telle celle de Stuart Withman (futur Marshall Jim Crown dans la série "Cimarron"), de Bruce Cabot (un fidèle de l'univers du Duke, par exemple dans "Hatari !"), de Nehemiah Persoff (au parcours télévisuel impressionnant) et de Michael Ansara (héros de la série "La Flèche Brisée", avec John Lupton, de 1956 à 1958). Enfin, une partition musicale enjouée signée Elmer Bernstein et vous savez ce qu'il vous reste à faire. Comme le dirait presque mon confrère Pierre Delarra : à votre whisky et votre cigare ! Bonne projection !


ça peut vous interesser

Lupin : Loupé !

Rédaction

Bernard L. Kowalski : Biographie

Rédaction

Houdini avec Tony Curtis

Rédaction