21 septembre 2020
Classics

Les Tribulations d’un Chinois en Chine : Un voyage loufoque

Par Jérémy Joly

Après avoir transformé Jean-Paul Belmondo en brigand dans le film de cape et d'épée « Cartouche » (1962) et après l'avoir emmené vivre des aventures exotiques au Brésil dans « L'Homme de Rio » (1964), Philippe de Broca réalise « Les Tribulations d'un Chinois en Chine ». Il s'agit de l'adaptation (très !) libre du roman de Jules Verne.

Dans ce film, Jean-Paul Belmondo campe le personnage d'Arthur, un jeune milliardaire, qui semble s'ennuyer. Mais du jour au lendemain, il se retrouve complètement ruiné. Son précepteur lui conseille de prendre une assurance vie au profit de sa fiancée et de lui-même. A partir de ce moment, Arthur devient victime de nombreuses tentatives de meurtre et il oublie sa déprime.

Nous retrouvons donc Jean-Paul Belmondo, avec une frange grotesque, en pleine dépression. Dès la première scène, il fait une tentative de suicide spectaculaire en se jetant du haut d'une montagne, au volant de sa voiture. Miraculeusement, il s'en sort sans une égratignure. Cette scène loufoque donne le ton au reste du film.

Jean-Paul Belmondo est un acteur capable d'exécuter lui-même les cascades, ce qui est rare dans le cinéma. Il bondit d'un bateau à un autre, plonge dans l'eau, s'envole, dévale des escaliers, joue à l'acrobate sur un échafaudage : il met la pagaille partout où il va ! Le film est riche en cascades burlesques, réglées par Gil Delamare, le cascadeur le plus compétent de son époque. Malheureusement, l'année suivante, il se tue lors du tournage du film « Le Saint prend l'affût » de Christian-Jaque, en doublant Jean Marais.

les-tribulations-d-un-chinois-en-chine-film-critique-2
« Les Tribulations d'un Chinois en Chine » profite d'un très bon rythme, ce qui fait qu'aujourd'hui, le film n'a pas pris une ride. Tout comme « L'Homme de Rio », il ressemble énormément à une bande dessinée. Ce n'est donc pas un hasard si on y retrouve des références à l'univers de Tintin, qu'apprécie Philippe de Broca. Les deux agents rappellent les Dupont-Dupond et Jean-Paul Belmondo se retrouve à un moment habillé d'un pull-over avec le col blanc d'une chemise faisant penser aux vêtements de Tintin. Les tintinophiles ont de quoi se régaler à repérer les clins d’œil moins évidents.

Jean-Paul Belmondo est entouré d'une belle troupe d'acteurs. Jean Rochefort est un valet serviable au service du milliardaire. Darry Cowl, avec son bégaiement légendaire, est un fondé de pouvoir. Paul Préboist et Mario David sont des agents qui ont pour mission de protéger Arthur. Maria Pacôme et Jess Hahn jouent les futurs beaux-parents bourgeois d'Arthur. Enfin, Ursula Andress, sex-symbol du cinéma depuis sa sortie de l'eau en bikini dans « James Bond 007 contre Dr No », joue le rôle d'Alexandrine, qu'Arthur tentera de séduire.

Les films de Philippe de Broca nous font toujours voyager, sa filmographie nous emmène à Rio, en Afrique, en Grèce, en Louisiane, en Amazonie et à Bagdad. Dans ce film, nous voyageons en Chine, vous naviguerez sur un bateau, vous volerez dans les airs en avion et en montgolfière mais aussi vous aurez droit à une balade sur le dos d'un éléphant ! Les moyens de locomotion ne manquent pas pour vivre cette belle aventure. Les personnages vous emmèneront visiter l'Inde le temps de quelques scènes.

La photographie réussie d'Edmond Séchan permet de profiter pleinement des paysages que nous offre la Chine, avec des couleurs magnifiques. La musique, qui vient ajouter de l'excentricité aux images, est signée Georges Delerue, un compositeur un peu trop oublié de nos jours.

« Les Tribulations d'un Chinois en Chine » remporte un beau succès dans les salles avec plus de deux millions et demi d'entrées au box-office. Philippe de Broca retrouvera Jean-Paul Belmondo avec les films « Le Magnifique », « L'Incorrigible » et « Amazone ».

ça peut vous interesser

Les Apparences : Sont trompeuses !

Rédaction

L’Avare : Louis de Funès en Harpagon

Rédaction

Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait : Sous le charme ?

Jérémy Joly