Classics

Les Voleurs de Train : The Duke Rides Again

Par Christophe Dordain

La jeune veuve Mme Lowe demande à Lane et à ses amis de l'aider à retrouver les 500.000 dollars que son mari avait dérobé lors de l'attaque d'un train. Elle souhaite rendre l'argent à qui de droit et réhabiliter ainsi la mémoire de son époux, décédé il y a cinq ans. Lane et ses compagnons partent à la recherche du magot, mais sont suivis par vingt cavaliers, dont quelques uns étaient aux cotés de Lowe lors du hold-up. Lane récupère l'or au moment où les bandits décident d'attaquer. Lane et ses hommes parviendront à les repousser. Il rend l'argent à Mme Lowe, et apprend peu après que la veuve est en fait une prostituée. Lane et ses amis décident alors d'attaquer le train.

les-voleurs-de-train-film-3
Multi-rediffusé par TCM Cinéma, "Les Voleurs de Train", sorti en Février 1973 en France, est un des ces derniers westerns tournés par The Duke au début des années 70. Pour amener ce film sur de bons rails, la production a fait appel à Burt Kennedy, ancien scénariste de Bud Boetticher, et qui avait déjà collaboré avec John Wayne pour "La Caravane de Feu", en 1967. John Wayne trouve une nouvelle fois, avec "Les Voleurs de Train", l'opportunité d'illustrer le genre dont il aura été le roi incontesté pendant un demi-siècle.

"Les Voleurs de Train" respecte au pied de la lettre tout ce que l'amateur de western souhaite découvrir sur grand écran : une veuve belle et mystérieuse, John Wayne solidement accompagné par une brochette d'aventuriers grandes gueules (Rod Taylor, Ben Johnson et Christopher George - tout droit sorti de la série "L'Immortel" - sont plus que convaincants), un groupe de bandits singulièrement menaçant, un homme au comportement bien étrange (excellent Ricardo Montalban, qui venait d'en terminer avec la série de films "La Planète des Singes", et quelques années avant qu'il ne devienne Mr Roarke dans "L'Ile Fantastique") et un trésor caché.

Si Burt Kennedy fait parfois la preuve d'une certaine légèreté parfois inattendue dans sa mise en scène (il n'a jamais été un grand cinéaste et, plus tard, il a même commis le crime de pervertir la série "Les Mystères de l'Ouest" avec les deux films qu'il a dirigés), le spectateur suit néanmoins avec intérêt cette course-poursuite savamment mise en valeur par la partition musicale de Dominic Frontiere. Quant au final, il est plus que surprenant.

Toutefois, on pourra regretter que le rôle d'Ann-Margret laisse l'impression d'avoir été délaissé. Pourtant, la comédienne avait les arguments nécessaires pour être l’atout charme du film sauf que son rôle manque d'une consistance qui aurait pourtant été bienvenue. Visiblement, cette Mme Lowe qu'elle incarne a une part d'ombre qui aurait pu et dû être creusée par un Burt Kennedy ici dans la double posture de réalisateur et de scénariste.

L'amateur de western retiendra par contre l'excellence des  séquences d'action dont la coordination des cascades a été dévolue à Cliff Lyons. Des séquences qui mettent en valeur les qualités spectaculaires des cascadeurs sollicités pour "Les Voleurs de Train" dont Terry Leonard, Chuck Hayward, Louie Elias, Jerry Gatlin et Dean Smith sont quelques uns des dignes représentants. L'assurance, avec ces solides gaillards, d'un spectacle de première qualité le tout en format CinémaScope. Que demander de plus ?

ça peut vous interesser

Coup Double avec Don Adams

Rédaction

Coup Double : Guide des épisodes

Rédaction

L’Homme Invisible : La série

Rédaction