Classics

Marche à l’ombre : Première fois pour Michel Blanc

Par Jérémy Joly

affiche-film-marche-à-l-ombre

Lors de la soirée spéciale consacrée à Michel Blanc en Octobre dernier, CineComedies avait choisi de projeter sa première réalisation. Cet événement a permis aux cinéphiles de revoir "Marche à l'ombre" dans une version restaurée sur grand écran. Ceci en attendant "Docteur ?" qui sortira le 04 décembre prochain.


François, un routard fatigué, débarque dans le port de Marseille. Musicien hors-pair, il est décidé à exploiter son talent dans les studios parisiens. Il est accompagné par Denis, un grand spécialiste de l'angoisse. Ils arrivent à Paris où un ami devait les aider à réussir dans la musique. Mais celui-ci a disparu sans laisser d'adresse. Ils vont alors loger dans un hôtel miteux. Ils font la manche dans la rue ainsi que dans le métro afin de vivre. Malgré les nombreuses disputes, les deux amis restent inséparables.

Après avoir été mis en lumière par sa participation dans l'équipe du Splendid ("Les Bronzés" et "Les Bronzés font du ski"), Michel Blanc décide de quitter la troupe afin d'écrire et réaliser son premier film. Il reprend son rôle habituel de pessimiste angoissé qui a amusé un grand nombre de spectateurs et qui lui collera pendant le reste de sa carrière. Il se retrouve face à Gérard Lanvin, qui est tout son contraire. Ce dernier plaît aux femmes et est débrouillard. Ce duo contrasté fait rire. Ils sont accompagnés par Sophie Duez, dont c'est le premier rôle au cinéma. A noter également la présence de Patrick Bruel qui joue un guitariste dans le métro.


Michel Blanc a le sens des dialogues. Certains sont restées dans la mémoire des spectateurs. Lorsque son personnage a fumé un joint énorme, il dit : « J'ai du mal à parler parce que j'ai les dents qui poussent » ou bien ce dialogue entre François et Denis qui découvrent leur chambre d'hôtel « - Ben quoi, elle est pas mal cette chambre. - Ouais, et puis elle donne vachement envie de sortir ». Denis a aussi certains principes amusants : « Piquer des trucs chers, c'est du vol ! ».

"Marche à l'ombre" permet de mettre des personnages marginaux, « sans domicile fixe » en rôles principaux, ce qui est assez rare et osé dans le cinéma. Le film s'appuie sur une réjouissante bande-originale avec notamment des chansons que tout le monde connaît aujourd'hui : « Marche à l'ombre » de Renaud, « New-York avec toi » de Téléphone ou « And it's now » de La Velle.

ça peut vous interesser

Champagne ! : Un goût de déjà bu

Rédaction

C’est magnifique ! : Un conte moderne

Rédaction

Hommes au bord de la crise de nerfs : Drôle de thérapie

Rédaction