Classics

Seul contre tous : La révélation de Philippe Nahon

Par Jérémy Joly

Alors que Philippe Nahon s'en est allé le 19 avril dernier, la Cinémathèque française rend hommage à cet acteur français. "Seul contre tous" de Gaspard Noé fait partie de cet hommage, l'occasion de revenir en détail sur ce classique du cinéma français.

En 1991, Gaspar Noé se fait remarquer au cinéma avec un moyen-métrage d'une quarantaine de minutes intitulé "Carne". Les spectateurs découvrent alors un odieux boucher incestueux et raciste, qui s'occupe de sa fille handicapée. Ce film révèle au public le talent de Philippe Nahon dont c'est le premier grand rôle au cinéma. « Carne » a reçu le Grand prix de la semaine de la critique au Festival de Cannes.

Il aura fallu pas moins de cinq ans à Gaspar Noé pour réunir les fonds nécessaires à la réalisation de son long-métrage « Seul contre tous », qui se veut être la suite de "Carne". Les chaînes de télévision refusent de financer ce film dont le sujet ne plaît pas, voire choque.

Dans cette suite, le boucher sort de prison et décide de commencer une nouvelle vie. Seul, il est confronté à une société hostile. Sans argent ni amis, mais avec un revolver et trois cartouches, il imagine alors trois solutions possibles : liquider les gens qui l'ont humilié, tuer sa fille ou bien se suicider.

classics-seul-contre-tous1
Philippe Nahon

Le film nous plonge dans une atmosphère pesante et remplie de violence. La réalisation est simpliste mais d'une grande efficacité, avec des plans fixes et des gros plans. Le montage est original, utilisant à plusieurs reprises un effet particulier avec un zoom très rapide, accompagné d'un bruitage percutant. Ce son, ressemblant à un tir de pistolet, est malaisant. Les dialogues, souvent en commentaire façon voix-off exprimant les pensées du boucher, sont crus. Les décors affreux ainsi que la photographie un peu rouge et orangée, réussissent à accentuer la laideur du sujet.

Après avoir regardé deux tiers de "Seul contre tous", un message apparaît : « Vous avez 30 secondes pour abandonner la projection de ce film. » Gaspar Noé nous met en garde. Les scènes qui vont suivre atteignent l'apogée de la malaisance. Cette expérience cinématographique hors du commun devient éprouvante pour le spectateur. Les images chocs et les scènes violentes s'enchaînent. L'histoire n'a alors plus aucune limite et tombe dans l'immoralité. Durant le visionnage de ce film, vous aurez un mélange d'émotions : de la colère, de la peur et du dégoût.

Ce boucher est un personnage complexe et inquiétant qui a beaucoup marqué les spectateurs. Il s'agit du rôle emblématique de la carrière de Philippe Nahon. Son interprétation a permis de rendre ce boucher un peu plus humain que ce que le scénario prévoyait. Avec sa voix grave, sa « gueule » et son regard profond, il a réussi à faire de ce rôle ignoble un minimum touchant. Dans certaines scènes, nous le plaignons et nous voulons l'aider lorsqu'il s'enfonce dans la misère et la solitude. Puis dans d'autres, il est détestable, lorsqu'il se tourne vers l'alcool, la prostitution, le racisme et l'inceste. 

Depuis sa sortie dans les salles, "Seul contre tous" a gagné en popularité, atteignant le statut de film culte. Une chose est certaine, il ne laissera personne indifférent. Après le visionnage, ce film continuera de vous hanter pendant plusieurs semaines...

ça peut vous interesser

Les Tribulations d’un Chinois en Chine : Un voyage loufoque

Rédaction

Les Mariés de l’an II : Vive les mariés !

Rédaction

Cent mille dollars au soleil : Un western moderne

Rédaction