Classics

Soleil Vert : De l’anticipation à la réalité actuelle

Par Yann Vichery


Réalisé en 1973 par l’expérimenté Richard Fleischer, "Soleil Vert" est un film d’anticipation qui résonne aujourd’hui, bien malgré lui, comme un efficace pamphlet sur l’état de la planète. Aussi, peut-il être considéré comme l'un des premiers vrais films abordant l'écologie au cinéma.

L’histoire se déroule en 2022 à New York, peuplée de 44 millions d’habitants. Ses résidents, à l’exception de riches privilégiés, vivent dans des zones sinistrées et dans des immeubles délabrés. Règne une température moyenne de plus de 30°C. L’eau courante est devenue rare. La végétation a presque disparu.

soleil-vert-film-3
Copyright : Metro Goldwyn Mayer - Tous droits réservés
L’humanité, responsable du désastre

La plupart des habitants ont accès à une unique nourriture. Elle est livrée un seul jour par semaine. Car voici le soleil vert, un aliment en forme de tablette fabriquée à partir de plancton. Un détective, Franck Thorn (Charlton Heston) est chargé d’enquêter sur le meurtre d’un riche citoyen qui semblait détenir un secret.

"Soleil Vert" est l’adaptation du roman de Harry Harrison (publié en 1966). Ce dernier se penchait plus sur le problème de la surpopulation mondiale. Ledit roman est adapté par Richard Fleischer au début des années 70. Fleischer est un formidable réalisateur dont la carrière s’est étendu sur environ 40 ans. Touche-à-tout autant à l’aise dans le policier ("L’énigme du Chicago Express", "L’étrangleur de Boston") que dans le fantastique ("20 000 lieues sous les mers" et "Le Voyage Fantastique"), voire l’aventure ("Les Vikings").

Le cinéaste plante le décor dès le générique du film. Notamment par le biais de photos d’une nature resplendissante qui disparait lors de la révolution industrielle. Place est alors faite à des décharges et des bidonvilles. Ils sont les annonciateurs d’une catastrophe écologique mondiale. Il faut souligner que "Soleil Vert" étonne encore aujourd’hui par son visuel. Le réalisateur y montre une vision d'une société proche de celle des années 70 sans pour autant y intégrer un cadre de science-fiction futuriste. L’esthétisme global renforce le réalisme du film. Aussi, l'impact sur le spectateur n’en est-il que plus fort.

Pour délivrer son message, Fleischer filme l’enquête d'un détective obstiné qui va mettre au jour un scandale d’état. Dans ce cadre, son objectif est d’attirer l'attention du spectateur pour le confronter à la peur de la surpopulation. Mais aussi au manque de nourriture et la pollution de l’air. Ces thèmes sont mis en images dans des scènes frappantes. Par exemple celle au cours de laquelle on y aperçoit des gens entassés dans l'escalier de l'immeuble qu'habite Thorn. Ou bien encore celle empreinte d'une atmosphère étouffante et brumeuse de poussière jaunâtre, au moment des distributions de nourriture de synthèse « le Soylent Green ». Le tout dans un chaos géré à coups de pelleteuses. Ce sont les secrets terribles de fabrication de « Soylent Green » que Thorn découvrira au cours de son enquête.

soleil-vert-film-2
Copyright : Metro Goldwyn Mayer - Tous droits réservés
Edward G Robinson, témoin d’un monde perdu

Même si le film met Charlton Heston en vedette, le rôle de Sol Roth joué par Edward G Robinson est le plus intéressant. Compagnon de vie de Franck Thorn, il lui apporte informations pour l’enquête. Érudit, il incarne la connaissance à travers des livres devenus rares. Il est aussi le témoin et le souvenir d’un monde et d’une époque révolue. En définitive, une période de plaisirs simples disparus depuis (manger de la vraie nourriture, prendre une douche, contempler une nature propre). Malade au moment du tournage, Fleischer le filme dans une ultime scène poignante qui le voit mourir (euthanasié) dans un instant de paix et de sérénité, loin du monde délabré dans lequel il vit. Une scène d’une rare puissance émotionnelle.

Au final, "Soleil Vert" symbolise la conscience morale américaine et mondiale. Voir Charlton Heston révéler, dans le dénouement final, l'origine du « Soylent Green »t prend une résonance particulière. Réchauffement climatique, pénurie de matières premières, pollution atmosphérique, surpopulation, etc. Autant de thématiques si actuelles...

ça peut vous interesser

L’homme qui en savait trop : Un Hitch parfait

Rédaction

Au service secret de Sa majesté : Le meilleur des Bond ?

Rédaction

Batman de Tim Burton : La référence !

Rédaction